Lili à Cape Town (2ème édition)

Publié le par lili en escales

Lili à Cape Town

(2ème édition)

Du 22 au 30 mars 2014

 

En 2012, on avait promis de revenir au Cap. C'est chose faite 2 ans plus tard ! Nous revoilà en Afrique du Sud, à Cape Town ! Lili en Afrique du Sud (Province du Cap)

Cette année, nous débarquons à 5 : un couple d'amis et ma soeur nous accompagnent. Nous allons donc leur faire découvrir cette région du monde, et qui sait, peut-être tomberont-ils eux aussi amoureux de ce lieu.

Malheureusement, Nelson Mandela nous a quitté quelques mois plus tôt. Un grand homme s'en est allé ce 5 décembre 2013. Quelle perte pour l'Afrique du Sud et quelle tristesse pour le reste du monde! Repose en paix Madiba, tu as tellement fait pour ton pays, ton peuple et l'humanité.

Alors pour commencer et se mettre dans l'ambiance du pays et de son histoire rien de tel que de visionner le dernier film sorti sur la vie de Madiba: "Mandela, un long chemin vers la liberté".

Nous profiterons donc de ce séjour pour effectuer un petit pélerinage sur les traces de Nelson Mandela et de son incarcération.

 

Samedi 22 mars 2014

23h30 : Départ pour Cape Town. 11h d'avion nous attendent. Ca c'est la partie pas sympa du voyage :-(

 

Dimanche 23 mars 2014

"Bienvenue à l'aéroport de Cape Town. Il est 11h45 en heure locale et la température extérieure est de 16°c." annonce l'hôtesse. Nous y voilà !!!

Bon la météo a décidé de ne pas être avec nous sur ce séjour on dirait : pluie et froid en perspective....  mais il en faudra plus pour ternir notre bonne humeur.

On récupère nos bagages puis notre voiture de location chez Hertz link (un SUV Hyundai Ix35 à 350€ pour 8j). Le temps de se remémorer le B-A BA de la conduite à gauche, nous prenons la direction de Hout Bay où notre maison de location nous attend, la Villa Vista link (13300ZAR à 5 pour 8j soit environ 910€).

A 14h, nous sommes, comme convenu, au rendez-vous. Nous sommes accueillis par Anita de Lobecotours avec qui j'avais tout organisé par mail.

La villa est immense et jouit d'une vue incroyable sur Hout Bay ! Les vacances commencent bien !

Notre jardin avec vue sur la baie

Notre jardin avec vue sur la baie

La villa

La villa

Le salon avec vue

Le salon avec vue

Le temps de prendre possession des lieux, le soleil fait son apparition. Nous en profitons pour descendre sur Hout Bay et nous promener à la marina. Une otarie est même au RDV... On lui avait envoyé un petit mail pour lui demander de venir et faire la surprise à nos amis ;-)

La marina d'Hout Bay et ses bateaux de pêche colorés

La marina d'Hout Bay et ses bateaux de pêche colorés

Après Hout Bay, direction Cape Town par la route du littoral pour leur faire découvrir le panorama depuis le point de vue de Signal Hill et admirer le coucher de soleil.

Plage de Landudno depuis la route du littoral

Plage de Landudno depuis la route du littoral

Nous savourons d'autant plus ces derniers rayons du soleil que la pluie est annoncée pour les 3 prochains jours...

Vue sur Cape Town depuis la route qui mène à Signal Hill

Vue sur Cape Town depuis la route qui mène à Signal Hill

Le stade et Robben Island en arrière plan

Le stade et Robben Island en arrière plan

Départ des parapentes

Départ des parapentes

Lundi 24 mars 2014

Nous nous levons avec la brume. Le temps est triste alors pour mettre un peu de couleurs dans cette journée qui s'annonce maussade, on décide d'aller visiter le quartier de Bo Kaap.

On emprunte la route du littoral encore une fois mais, ce matin le panorama est bien caché... On ne distingue que par intermittence les 12 apôtres.

Les 12 apôtres

Les 12 apôtres

Bo Kaap signifie « Au-dessus du Cap » en Afrikaans puisqu'il s'étend sur les flancs de la montagne de Signal Hill. Ce quartier abrite une forte concentration de Musulmans du Cap, descendants des populations de Malaisie, d'Inde et d'Indonésie qui furent déportés par la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales à partir du XVIIème siècle afin de servir de main-d'œuvre dans la colonie.

maisons colorées de Bo Kaap avec une mosquée en arrière plan

maisons colorées de Bo Kaap avec une mosquée en arrière plan

rues de Bo Kaap

rues de Bo Kaap

Lili à Cape Town (2ème édition)
Lili à Cape Town (2ème édition)
Certains vont même jusqu'à assortir leur voiture à leur maison...

Certains vont même jusqu'à assortir leur voiture à leur maison...

Nous déambulons dans les ruelles pavées du quartier sous un ciel bien chargé mais malgré tout épargnés par la pluie.

A 11h30, nous reprenons la voiture pour monter à Noon Gun , ancienne batterie d'artillerie britannique, et assister au fameux tir de canon de midi pétante (c'est le cas de le dire! lol).

Vestiges de l'artillerie

Vestiges de l'artillerie

Il est midi !

Il est midi !

Ce tir, réalisé chaque jour à midi, permettait aux navires d'effectuer la synchronisation de leurs chronomètres de marine. Aujourd'hui, ce n'est plus qu'une attraction touristique et quelle attraction!

Bon c'est pas tout ça mais il est l'heure d'aller manger. On redescend à la marina pour prendre une petit gueuleton dans les food courts du centre commercial. Simple, efficace et pas cher.

Le programme de l'après-midi n'était pas encore défini mais la pluie qui s'invite pour le dessert nous fera opter pour le Two Oceans Aquarium (entrée 125ZAR/personne). Au moins, on sera à l'abri du déluge!

2h de visite au milieu des poissons multicolores, des méduses, des requins, des pingouins, des tortues et autres espèces marines.  Un bel aquarium que la pluie nous a permis de visiter ;-)

Faune sous-marine présentée à l'Aquarium

Faune sous-marine présentée à l'Aquarium

Il est 17h quand on arrive sur Hout Bay. La pluie ne s'est pas beaucoup calmée alors on écourte la journée et on rentre tranquille à la maison se payer un bon apéro au champagne :-)

 

Mardi 25 mars 2014

Ce matin encore, le ciel est menaçant mais on décide malgré tout d'aller au Cap de Bonne Espérance (entrée du parc = 105ZAR/personne). On en profite pour emprunter la Chapman's Peak Drive (péage 36ZAR/voiture). Cette route de 9km serpente à flanc de montagne et offre de superbes panoramas sur Hout Bay et sur l'Ocean. Personnellement, je ne m'en lasse pas....

Hout Bay sous les nuages

Hout Bay sous les nuages

En route le soleil fait son apparition. Hourra !!!!

On a peut-être fait le bon choix et on va en profiter.

On trouve une place de parking juste devant le funiculaire qui mène au phare à Cape Point. Chance !

Attention, il ne faut pas confondre Cape Point et le Cap de Bonne Espérance, ce ne sont pas les mêmes. Cape Point se situe à 2km à l'est du Cap de Bonne Espérance (autrefois appelé le Cap des Tempêtes).

Il y a pas mal de vent ici, on devrait être bien ventilé en haut ;-)

On s'acquitte des 52ZAR pour le ticket aller-retour du funiculaire, le Flying Dutchman (en rapport avec la légende du Hollandais volant), et on monte avec notre petit picnic acheté dans la boutique du funiculaire quelques minutes plus tôt.

En à peine quelques minutes nous voilà arrivé au phare historique de Cape Point. Ce phare a été construit au XIXème siècle à 249m au dessus du niveau de la mer. Son système d'éclairage au pétrole, d'une portée de 65km, s'avérait bien souvent inefficace par temps de brouillard ou de pluie puisque noyé dans les nuages. Raison pour laquelle il fut décidé de mettre en place une lanterne plus puissante qui n’empêcha pourtant pas 23 autres naufrages aux alentours du Cap (certaines épaves sont d’ailleurs toujours visibles dont celle d’une péniche de débarquement de 1942 qui transportait du matériel de guerre.) Le phare sera définitivement remis en question à la suite du naufrage du paquebot portugais Lusitania en 1911. Un second sera construit plus bas, à 87m au dessus du niveau de la mer, afin d’éviter les nuages et le brouillard fréquents qui enveloppaient régulièrement son prédécesseur. Il est aujourd’hui le plus puissant de la côte sud-africaine dont le feu émet 3 éclats toutes les 3 secondes avec une portée de 63Km.

Il faut remonter 200 ans plus tôt pour comprendre la raison qui a poussé des générations de marins à braver les eaux tumultueuses de la région et à construire, sur le tard, deux phares dans l’un des coins les plus inhospitaliers de la planète. A l’époque, les Portugais cherchent une route maritime vers les Indes afin d’en rapporter les épices considérés comme la denrée la plus précieuse du Moyen Age. En 1487, Bartholomeu Dias contourne le cap qu’il nomme Cabo da boa esperança (Cap de Bonne-Espérance) puis continue sa route vers la côte orientale de l’Afrique et des Indes. Les Portugais n’envisagent pas d’implanter une colonie au Cap, la côte et ses intempéries constituant une redoutable menace pour leurs petites caravelles mais un siècle plus tard, l’endroit devient une halte obligée pour les équipages anglais et hollandais minés par le scorbut.

Selon la légende, le Hollandais volant était un capitaine qui paria son âme qu’il pourrait contourner le cap alors que soufflait la tempête, mais il échoua. Depuis, son navire fantôme hante la région. Lors des brouillards d’équinoxes, il n’est pas rare d’entrevoir l’ancien gréeur et son équipe de damnés. Le Hollandais volant est en effet "signalé" aux abords de la péninsule du Cap plus souvent que nulle part ailleurs au monde. Cette péninsule jouit également d’une effroyable réputation auprès des marins qui la tiennent pour responsable d'innombrables naufrages. Ceux-ci s’expliqueraient notamment par la présence d’un courant rapide à quelques kilomètres du rivage. Les navires qui tentent de l’éviter en voguant plus près de la côte sont extrêmement exposés aux violentes tempêtes qui balaient fréquemment la région.

Ancien phare de Cape Point

Ancien phare de Cape Point

Quoiqu'il en soit et quelques soient les drames que cette côte escarpée a connu, la vue est toujours aussi incroyable d'ici! On savoure, le tout accompagné de nos sandwichs ;-)

Cape Point

Cape Point

Cap de Bonne Espérance

Cap de Bonne Espérance

Sentier qui mène au Cap de Bonne Espérance

Sentier qui mène au Cap de Bonne Espérance

Le temps est très changeant, on passe du soleil à la grosse averse et vice versa en un clin d'oeil. Après quelques minutes d'hésitation devant cette météo capricieuse, on décide tout de même de rejoindre le Cap de Bonne Espérance à pied via la Dias Beach.

Dias Beach

Dias Beach

Arc en ciel sur Dias Beach après l'orage

Arc en ciel sur Dias Beach après l'orage

Dias Beach et Cape Point en arrière plan

Dias Beach et Cape Point en arrière plan

Nous sommes seuls sur la plage immaculée. On pourrait presque se prendre pour des naufragés... L'endroit est magique !

Bon par contre, comme toujours l'eau est gelée! Alors pour la baignade c'est raté ! Mais ce n'est qu'un détail, c'est tellement beau ici, peut-être la plus belle plage que j'ai jamais vu. Tel des pionniers, nous avons ouvert la voie à d'autres touristes qui nous rejoignent. Il est donc temps de remonter les centaines de marches en bois pour retrouver le sentier qui mène au Cap de Bonne Espérance. Arrivé en haut la pluie s'est de nouveau invitée et nous sommes trempés. Ma soeur et notre amie se dévouent pour remonter au parking chercher la voiture afin de nous récupérer au Cap de Bonne Espérance. Merci les filles! Nous poursuivons donc notre chemin vers la pointe sud sous un arc en ciel fabuleux.

On arrive en même temps que les filles. On prend notre tour pour la photo souvenir devant le panneau indiquant Cape of Good Hope et on remonte en voiture pour visiter le reste du parc et essayer d'apercevoir quelques animaux emblématiques de la région.

Nous n'allons pas avoir à attendre bien longtemps....

Troupeau d'Elans du Cap

Troupeau d'Elans du Cap

Elan du Cap

Elan du Cap

Famille autruche (maman et ses 3 petits)

Famille autruche (maman et ses 3 petits)

Babouin mâle

Babouin mâle

En quelques kilomètres à peine, nous avons pu observer des Elans du Cap, une famille d'autruches et une famille de babouins. Génial!

Et, moment absolument hilarant, un babouin a grimpé sur la voiture arrêtée derrière nous, il s'est assis sur le toit quelques minutes avant de redescendre comme si de rien n'était. La voiture nous a alors doublé et nous avons pu voir dégringolé de son toit sur le coffre un bel étron !!! Le babouin leur avait littéralement déféqué dessus !!! Enorme !!!

Chiotte à babouin :p

Chiotte à babouin :p

Trêve de rigolade, on se remet en route pour Platboom Beach afin de voir nos amis les bonteboks. Nous avions vécu un moment magique avec eux il y a 2 ans quand ils avaient traversé la dune de sable blanc au coucher du soleil. Nous espérons donc avoir la chance de les recroiser de nouveau ici car cette espèce d'antilope endémique du Cap est une espèce rare (moins de 3500 individus dans le monde).

Platboom Beach

Platboom Beach

Nous allons être exaucés très vite. A peine la dune de sable passée, nous tombons nez à nez avec 3 bonteboks. Un cache cache entre les dunes commence alors. Nous réussirons à plusieurs reprises à les retrouver pour notre plus grand plaisir. J'adore cet animal! Je le trouve tellement beau et gracieux.

Dune de sable blanc à Platboom Beach

Dune de sable blanc à Platboom Beach

Bonteboks

Bonteboks

Lili à Cape Town (2ème édition)
Lili à Cape Town (2ème édition)

Nous surveillons l'heure malgré tout car le parc ferme à 18h pétante et sortir après cette heure vous coutera 500ZAR d'amende. Alors, on ne joue pas avec le timing!

Nous laissons nos amis les bonteboks tranquilles et reprenons la route en direction de la sortie. Nous passons devant la Diaz Cross et la Da Gama Cross en hommage aux 2 navigateurs portugais Bartolomeu Dias et Vasco de Gama.

Bartolomeu Dias boudé par l'histoire des grandes découvertes est pourtant le premier explorateur à relier l'Océan Atlantique et l'Océan Indien par la voie des eaux, et ceci 4 ans avant la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb. Il participe à sa première expédition à l'âge de 16 ans, mais ce n'est qu'à 37 ans que ses efforts sont couronnés d'une formidable réussite : la découverte du Cap de Bonne-Espérance.

Aux alentours du sud du continent africain, les caravelles de Bartolomeu Dias sont prises dans une tempête qui les amène à la côte, à hauteur de la baie Saint-Blaise (appelée aujourd'hui Mossel Bay), à 370 km à l'est de la pointe de l'Afrique du Sud. Ils y font escale le 3 février 1488, et s'aperçoivent qu'ils sont parvenus dans l'Océan Indien et ont doublé, sans le voir, le Cap de Bonne-Espérance. Bartolomeu Dias veut poursuivre l'exploration, mais son équipage, épuisé, se rebelle. En faisant demi-tour, il reconnaît la pointe et la nomme Cap des tempêtes. Le roi la rebaptisera Cap de Bonne-Espérance, car il y voit la preuve que cette route maritime mènera les explorateurs portugais aux Indes.

Fin 1488, après 16 mois de voyage, le Portugais fait un retour triomphal à Lisbonne. Dans la foule qui les accueille se trouve un Gênois alors inconnu, Christophe Colomb, venu proposer ses services au roi du Portugal. Devant le succès de Bartolomeu Dias, le roi souhaite alors exploiter cette route qui évite les terres musulmanes. Il refuse l'équipée de Christophe Colomb, qui voulait trouver un passage vers les Indes, par l'ouest mais là après c'est une autre histoire ;-)

C'est lors d'un naufrage au cours d'une expédition suivante, en mai 1500, que Bartolomeu Dias se noie au Cap de Bonne Espérance.

Da Gama Cross avec Cape Point en arrière plan

Da Gama Cross avec Cape Point en arrière plan

Mercredi 26 mars 2014

A l'origine nous devions plonger avec les grands requins blancs aujourd'hui mais la météo n'étant toujours pas top et la mer bien démontée, le club de plongée nous a contacté hier au soir pour annuler. Nous sommes donc reportés à samedi en espérant que d'ici là, la météo soit avec nous.

Pour noyer notre chagrin, rien de tel que de faire la région des vins avec une petite dégustation ;-) Direction Vergelegen à Somerset West. L'entrée du domaine est payante (10ZAR/personne) et la dégustation aussi (30ZAR/personne pour 4 vins + 10ZAR par verre de vin haut de gamme).

Le domaine fut créé en 1685 par Willem Adriaan van der Stel, nouveau gouverneur hollandais du Cap et visionnaire, qui demanda à la Compagnie des Indes, son employeur, 30 000 hectares de vignes pour lui, tout comme l'avait fait son père, Simon Van der Stel, avec le domaine Groot Constantia. A l'époque, cela prenait 3 jours  pour accéder au domaine, il fut donc baptisé Vergelegen qui signifie "situé loin".

Plan du domaine de Vergelegen

Plan du domaine de Vergelegen

Le jardin et ses camphriers de plus de 300 ans

Le jardin et ses camphriers de plus de 300 ans

Lili à Cape Town (2ème édition)
Le manoir

Le manoir

Bâtiments de style Cape Dutch datant du XVIIIème siècle

Bâtiments de style Cape Dutch datant du XVIIIème siècle

Camphriers trois fois centenaires

Camphriers trois fois centenaires

Troncs des camphriers

Troncs des camphriers

Après quelques heures passées à déambuler dans le parc et les jardins du domaine, nous nous dirigeons vers la grande salle de dégustation. La décoration intérieure est très design. J'ai eu un petit coup de coeur pour leur création de luminaires ;-)

Luminaires de la salle de dégustation de Vergelegen

Luminaires de la salle de dégustation de Vergelegen

Nous nous installons confortablement et faisons notre petite sélection de vins sur la fiche qui nous a été distribuée. Nous avons le choix entre 4 vins blancs, 6 vins rouges et 3 vins d'exception. Les prix des bouteilles varient de 90ZAR à 405ZAR pour le plus prestigieux proposé à la dégustation. Personnellement, j'opte pour 2 blancs et 2 rouges.

Lili à Cape Town (2ème édition)

Nous avons été organisés et avons tous choisi des vins différents à déguster afin d'avoir un éventail plus large dans le choix final. Futé ;-)

Bon au final, nous avons été assez déçus par cette dégustation. Vergelegen jouit d'une excellente réputation à l'international dans la qualité des vins que le domaine produit mais nous n'avons pas été séduits. Peut-être que notre palais est trop sensible pour les vins râpeux et taniques.... Bref, pour moi, ils ne valent pas un bon Bourgogne ! Mais ce n'est qu'une question de goût ;-)

Nous n'achèterons qu'une bouteille de blanc chacun, en souvenir : Chardonnay Premium à 95ZAR la bouteille.

Il est presque 14h quand nous quittons le domaine et notre ventre crie famine.

Après une petite halte repas, à Stellenbosch, ville étudiante bien agréable, nous prenons la direction de Paarl pour aller visiter le Taal Museum & Monument (entrée 20ZAR/personne).

Érigé en 1975, ce monument célèbre le centenaire de la déclaration selon laquelle l'afrikaans est une langue séparée du néerlandais. Le monument se compose de diverses structures effilées symboles des influences des différentes langues et cultures sur l'afrikaans lui-même.

J'ai adoré ce monument extrêmement photogénique.

Symbolique du Taalmonument

Symbolique du Taalmonument

Taal Monument

Taal Monument

Lili à Cape Town (2ème édition)
Lili à Cape Town (2ème édition)

Avant que le soleil ne se couche nous partons à la recherche de la dernière prison de Nelson Mandela, la prison Victor Verster. Nous savons qu'elle est dans les environs de Paarl.

Pour la trouver nous longeons un grand nombre de domaines viticoles. Les paysages sont superbes.

Un des nombreux vignobles autour de Paarl

Un des nombreux vignobles autour de Paarl

Lili à Cape Town (2ème édition)
Lili à Cape Town (2ème édition)

Nous la trouvons peu de temps avant que le soleil ne se couche. La statue de Mandela le point levé trône fièrement à l'entrée. Nous sommes très émus.

Entrée de la prison Victor Verster avec la statue de Mandela

Entrée de la prison Victor Verster avec la statue de Mandela

C'est en voulant poser quelques questions au garde à l'entrée de la prison que Julien va faire la plus belle rencontre de notre voyage : Edgar Fisher.

Ce gardien de prison de 50ans est un homme passionné par son pays, Nelson Mandela et la lutte contre l'apartheid. Il l'a connu, l'a vécu et nous en parle avec son coeur. Après une longue conversation, il nous propose spontanément de revenir le lendemain pour nous faire visiter la maison dans laquelle Mandela a été incarcéré pendant ses 2 dernières années de détention. On n'en revient pas !

A l'unanimité, on accepte. On se débrouillera avec notre planning de demain. Il y a des rencontres comme ça qu'il ne faut pas rater !

Rendez-vous est pris pour demain 16h, même endroit.

Nous rentrons sur Hout Bay à la fois excités et intimités par la visite du lendemain.

 

Jeudi 27 mars 2014

On se lève tôt ce matin car nos amis et ma soeur aimeraient bien visiter Robben Island. Nous, nous l'avions visité il y a 2 ans alors on passe notre tour cette année sur la traversée. Nous sommes à l'ouverture de la billetterie à 8h pour tenter le 1er départ de la journée mais tout est complet jusqu'à dimanche matin !!! Avec le décès de Nelson Mandela quelques mois plus tôt, Robben Island affiche complet constamment. Nous achetons donc les billets pour dimanche matin 8h30 (250ZAR/personne). Je savais que j'aurais du les acheter par internet avant de partir mais comme nous n'étions pas encore bien décidé sur le planning des visites je n'avais pas osé... On ne m'y reprendra plus!

Comme il fait enfin beau aujourd'hui et que nous avons du temps devant nous avant le RDV de 16h, nous en profitons pour aller voir Muizenberg et ses cabines de plage colorées. Je ne m'en lasse pas! J'adore !

Plage de Muizenberg

Plage de Muizenberg

les cabines de plage multicolores

les cabines de plage multicolores

Puis direction Boulders Beach à Simon Town pour aller faire un petit coucou aux manchots du Cap (entrée 40ZAR/personne). Ces pingouins sont endémiques de la région du Cap. Ils sont une espèce protégée puisque considérés comme en danger d'extinction.

Boulders Beach

Boulders Beach

Manchots du Cap

Manchots du Cap

Après une halte fast food à midi, nous prenons la route de Paarl pour retrouver Edgar Fisher et aller à la rencontre de l'histoire. Nous arrivons avec quelques minutes d'avance. Edgar est à son poste. Il se fait relever à l'entrée de la prison par un collègue et nous l'embarquons dans notre voiture (nous sommes 6 pour une 5 places....) pour une visite guidée.

Edgar à gauche avec son collègue gardien

Edgar à gauche avec son collègue gardien

Edgar notre guide armé

Edgar notre guide armé

Nous voilà dans l'enceinte de la prison Drakenstein (anciennement Victor Verster).... Prison encore en service. Impressionnant! Nous longeons des kilomètres de fils barbelés, passons quelques portails grillagés, apercevons le quartier de haute sécurité.... Puis en retrait de tout ça, au milieu d'un champ, à l'abri d'arbres centenaires, la voilà, la résidence surveillée de Nelson Mandela. Nous sommes très émus par cette visite. Nous écoutons religieusement notre guide nous narrer l'apartheid, l'histoire de l'Afrique du Sud qui s'est jouée ici.

La maison est restée telle quelle depuis le passage de Madiba, exceptés quelques meubles qui ont du être enlevés pour les besoins du tournage du film adapté de l'autobiographie de Nelson Mandela : "Un long chemin vers la liberté".

Se trouver dans cette maison c'est comme vivre un flash back dans les années 90.

Mais pour bien comprendre tout ce qui s'est joué ici, dans cette résidence, il faut remonter encore plus loin, en 1918...

Nelson Mandela naît le 18 juillet 1918 dans le village de Mvezo, en Afrique du Sud. Il est le fils d'un chef de tribu, membre de la famille royale des Thembus.Nelson Mandela s'appelle en réalité Rolihlahla, mais une institutrice, comme le voulait la coutume et influencée par la langue anglaise, lui donne le nom de Nelson. Plus tard, il rejoint l'université de Fort Hare, la seule université acceptant les Noirs pour y entamer des études en droit.

Après avoir eu quatre enfants avec Evelyn Ntoko Mase qu'il épouse en 1944, Nelson Mandela noue une seconde union en 1958 avec Nomzamo Winnifred Madikizela, plus connus sous le nom de Winnie, avec qui il a deux filles. Elle sera elle aussi emprisonnée pendant 18 mois en 1969 et assignée à résidence en 1977. Winnie Mandela ne pouvait rencontrer son détenu de mari que deux fois par an à la prison de Robben Island. Ils se sépareront en 1992. Mandela prend alors en troisièmes noces Graça Machel, la veuve du premier président du Mozambique voisin, Samora Machel, le 18 juillet 1998, le jour des 80 ans de Nelson Mandela.

Conscient très vite de la ségrégation raciale à l’encontre des noirs en Afrique du Sud et influencé par Walter Sisulu, il intègre l’African National Congress (ANC). Très vite, il devient l’un de ses principaux leaders, notamment avec la création de la Ligue de la jeunesse. Fondateur du premier cabinet d’avocats noirs d’Afrique du Sud, il mène des campagnes non-violentes jusqu’au massacre de Sharpeville, en 1960. Lors de cette journée du 21 mars 1960, des manifestations sont organisées pour protester contre le port obligatoire du passeport. Le drame se produit lorsque la police ouvre le feu. On dénombre plus de 60 morts.

Le gouvernement ayant interdit l’ANC à la suite du drame, Mandela décide de poursuivre la lutte clandestinement et de prendre les armes. Il met en place des actions de sabotages et de grève générale, afin d’entretenir la guérilla. Mais dès 1962, il est arrêté puis condamné à la prison à vie en 1964. Il passe 17 ans à la prison de Robben Island au large du Cap, où il attrape la tuberculose puis il est transféré en 1982 à la prison Pollsmoor. Au cours de ses années de détention, il refusera toujours sa libération contre le renoncement public à la lutte contre l'apartheid.

A partir de 1988, il est placé en résidence surveillée, aux abords de la prison Victor Verster de Paarl et entame les négociations avec Frederik De Klerk alors président de l'Afrique du Sud, sur le sort du pays.
A sa libération, il devient président de l’ANC . Afin d’honorer les efforts de Nelson Mandela et De Klerk pour mettre fin à l'apartheid, les deux hommes reçoivent le prix Nobel de la Paix en 1993. Ils s’accordent ensuite sur un gouvernement multiracial et les premières élections présidentielles donnent le pouvoir à Mandela. Il devient le premier président noir de l’Afrique du Sud le 27 avril 1994. Il met alors en œuvre une politique de réconciliation difficile avant de laisser la place à Thabo Mbeki, en 1999. Après un seul mandat présidentiel, Nelson Mandela se retire de la vie politique. Mais il ne cessera jamais de soutenir l’ANC.
Durant les années 2000, il s’engage cette fois dans la lutte contre la pauvreté et le sida, véritable fléau, longtemps négligé en Afrique du Sud. Mais sa santé décline, après un cancer de la prostate, il souffre d’une infection pulmonaire chronique probablement liée à ses nombreuses années d’emprisonnement. Son 90ème anniversaire en 2008 est fêté comme une fête nationale.
Nelson Mandela est décédé le 5 décembre 2013 à l’âge de 95 ans.
 
Pour la petite histoire, quelques années après sa libération, Mandela a fait bâtir une maison à Qunu dans sa province natale du Cap oriental, inspirée de la maison de Victor Verster. Preuve qu'il garda un excellent souvenir de son passage ici....
Sa dernière "cellule"

Sa dernière "cellule"

La résidence surveillée de Mandela

La résidence surveillée de Mandela

La piscine de la résidence surveillée

La piscine de la résidence surveillée

Le jardin avec la montagne qui représente l'humanité avec sa forme d'homme allongé

Le jardin avec la montagne qui représente l'humanité avec sa forme d'homme allongé

Portrait de Nelson Mandela accroché dans la salle à manger de la résidence

Portrait de Nelson Mandela accroché dans la salle à manger de la résidence

La salle à manger

La salle à manger

Le salon

Le salon

Sa chambre

Sa chambre

Pour sortir de la prison nous empruntons la même route que Mandela a souhaité faire, main dans la main avec sa femme Winnie, à pied et le poing dressé, le 11 février 1990, lors de sa libération. Ainsi, il voulait être acteur de sa libération.

Le chemin qui mène à la liberté

Le chemin qui mène à la liberté

Nous sommes sonnés par cette visite. Que d'émotions! Mandela était un homme vraiment exceptionnel, comme il en existe peu. Sa disparition est une tragédie pour son pays, l'Afrique du Sud, mais pour l'humanité tout entière aussi.

Le retour à Hout Bay se fera dans le silence ce soir, hantés par toutes ces images.

 

Vendredi 28 mars 2014

Ce matin, levé aux aurores pour notre safari à Inverdoorn (1310ZAR/personne pour un safari de 2h environ avec repas buffet au retour). Nous sommes attendus à 10h et nous avons 3h de route à faire. Il ne faut donc pas trainer.

Bon ca commence assez mal avec les embouteillages autour du Cap.... A 10h, nous ne sommes qu'à Ceres. Il nous reste encore 1/2 heure de route ou plutôt de piste en terre... Heureusement que nous savons (pour y être déjà allés 2 ans plus tôt) que le tour ne part réellement que vers 10h30!

Quand nous arrivons nous découvrons que nous ne serons malheureusement pas les seuls aujourd'hui.... 2 bus d'hollandais/allemands viennent de débarquer leurs cargaisons de vieux à sandales et de vieilles à casquettes visières. Ca promet! Et nous n'allons pas à attendre bien longtemps avant d'assister à la 1ère scène... La chef de meute des vieux aigris fait un caca nerveux parce qu'elle ne veut pas monter dans la même Jeep que nous. Elle ne veut pas se mélanger, ca tombe bien, nous non plus on veut pas d'elle ;-) Elle va tellement gonfler notre charmant chauffeur qu'il va finir par faire venir une autre Jeep pour Mémé Casse-Pieds! BRAVO !!! Nous voilà donc dans une Jeep prévue pour 16 à seulement 7 (nous 5 + 2 jeunes américaines bien sympas). Merci Mémé !

A nous la savane !!!!

Entrée de la réserve privée d'Inverdoorn

Entrée de la réserve privée d'Inverdoorn

Inverdoorn est une réserve privée en plein désert du Karoo, créée en 2001 par un français, Damien Vergnaud (eh oui, ici on parle français!) Cet homme, passionné par la faune sauvage et plus particulièrement par les rhinocéros et les guépards, récupère les animaux malades, les bébés orphelins… dans un seul but : soigner, réhabiliter pour ensuite relâcher dans la nature les animaux. Mais en 2011, les rhinocéros sont la cible des braconniers. Damien trouve alors une solution radicale pour stopper ces pratiques: empoisonner les cornes. C’est une première. Grâce à une substance toxique pour l’homme, quoique non mortelle, la corne devient impropre à la consommation. L’équipe met aussi un colorant avec du baryum pour la rendre détectable aux rayons X dans les aéroports.

Du côté des guépards, animal emblématique de la réserve, Inverdoorn tente de stimuler leur fécondité. En quelques décennies, le félin le plus rapide du monde est devenu une espèce menacée. Effondrement de son habitat, consanguinité… Alors Damien invente un système de poulie pour tirer les proies à plus de 100km/h et ainsi, stimuler l’organisme des félins et leur fécondité. Et ça fonctionne !

Très récemment, Inverdoorn a ouvert un orphelinat de rhinocéros afin de recueillir les bébés dont la mère a été tuée par les braconniers.

Nous sommes donc loin des parcs nationaux du style Kruger ici mais les animaux sont facilement observables et surtout choyés. Bref, on aime beaucoup cette réserve privée.

Avertissements!

Avertissements!

Guépard alias Cheetah, mammifère le plus rapide au monde avec une vitesse de pointe allant jusqu’à 105km/h - (jusqu’à 85cm au garrot et 65kg)

Guépard alias Cheetah, mammifère le plus rapide au monde avec une vitesse de pointe allant jusqu’à 105km/h - (jusqu’à 85cm au garrot et 65kg)

Lili à Cape Town (2ème édition)
Oryx (jusqu'à 1m25 au garrot et 240kg, longueur des cornes jusqu'à 85cm)

Oryx (jusqu'à 1m25 au garrot et 240kg, longueur des cornes jusqu'à 85cm)

Troupeau d'Oryx en liberté dans la réserve

Troupeau d'Oryx en liberté dans la réserve

zèbre  (jusqu’à 1m60 au garrot et 390kg)

zèbre (jusqu’à 1m60 au garrot et 390kg)

Elan du Cap : plus imposante des antilopes (jusqu’à 1m80 au garrot, de 300 à 950kg, cornes mesurant jusqu’à 1m)

Elan du Cap : plus imposante des antilopes (jusqu’à 1m80 au garrot, de 300 à 950kg, cornes mesurant jusqu’à 1m)

Eléphant d'Afrique mâle, tout nouveau pensionnaire. (mesure environ 4m et peut peser jusqu'à 6 tonnes)

Eléphant d'Afrique mâle, tout nouveau pensionnaire. (mesure environ 4m et peut peser jusqu'à 6 tonnes)

Girafe mâle (de 4 à 5m20 et de 900 à 1400kg) reconnaissable grâce à ses tâches foncées

Girafe mâle (de 4 à 5m20 et de 900 à 1400kg) reconnaissable grâce à ses tâches foncées

bébé girafe de 3 semaines

bébé girafe de 3 semaines

bébé et maman girafe

bébé et maman girafe

Lili à Cape Town (2ème édition)
la lionne et le lion qui dorment 20h sur 24h

la lionne et le lion qui dorment 20h sur 24h

Les lions de la réserve (1 mâle et 2 femelles) sont en liberté limitée dans un enclos séparé du reste des animaux. Ils ont été élevés par des humains avant d'être achetés par la réserve il y a plusieurs années pour leur éviter de finir en tapis… ils ne savent donc pas chasser et sont nourris chaque jour par un véhicule aveugle pour éviter les rapprochements nourriture-humains. Aujourd'hui se sont de vieux animaux qui jouissent d'une retraite paisible à l'ombre.

Buffle noir femelle : parmi les animaux les plus dangereux pour l’homme, ils sont herbivores mais n’hésitent pas à charger ! (jusqu’à 1m60 au garrot, de 400 à 900kg, cornes mesurant jusqu’à 1m25)

Buffle noir femelle : parmi les animaux les plus dangereux pour l’homme, ils sont herbivores mais n’hésitent pas à charger ! (jusqu’à 1m60 au garrot, de 400 à 900kg, cornes mesurant jusqu’à 1m25)

2 bébés rhinocéros à l'orphelinat

2 bébés rhinocéros à l'orphelinat

Après le safari et le buffet, nous profitons un peu de la piscine et du soleil avant de nous remettre en route vers 15h.

Nous arrivons à la maison pile poil pour l'apéro!

 

Samedi 29 mars 2014

Aujourd'hui est une grande première! Nous avons rendez-vous avec le grand blanc et Brian Mc Farlane, la légende locale!

Lever avant le soleil encore une fois pour être à 10h à Gansbaai (2h30 de route depuis Hout Bay). Pas d'embouteillages ce matin pour sortir du Cap puisque c'est le WE. Nous arrivons donc avec un peu d'avance au club de plongée Shark Cage Diving (1500ZAR/personne la plongée). On est excité comme des puces!!!

Il est tout à fait possible de monter à bord du bateau sans toutefois souhaiter entrer dans la cage. Les spectateurs sont les bienvenus à condition de ne pas être sujet au mal de mer ;-)

A quelques kilomètres de Gansbaai

A quelques kilomètres de Gansbaai

Nous prenons un petit déjeuner offert par le club et regardons un petit film explicatif sur les requins et les consignes de sécurité avant de nous diriger vers le bateau. Le ciel est couvert.

Le bateau

Le bateau

Nous sommes les premiers à monter à bord et prenons place sur les fauteuils en haut du bateau. Nous rejoignons le spot de plongée en 1/2 heure. Pendant que nous scrutons l'horizon à la recherche d'un aileron, l'équipage s'active à mettre la cage à l'eau bien solidement arrimée au bateau et à préparer la petite soupe secrète pour attirer les requins. La mer est un peu agitée mais ca reste gérable encore pour le moment.

Nous n'avons pas à attendre longtemps avant que le 1er requin ne pointe le bout de son nez... Fantastique !!!

Les 8 premiers plongeurs s'équipent (combi intégrale de 7mm avec chaussons et capuche, ceinture de plombs et masque) pour descendre dans la cage. L'eau est froide, dans les 17°c. Pas de bouteille pour cette plongée, il faut seulement retenir son souffle et plonger quand le skipper crie "Down! Down! Down!!!!" . Pendant ce temps là, on admire le ballet des requins depuis notre poste d'observation.

Requin blanc

Requin blanc

Lili à Cape Town (2ème édition)
Lili à Cape Town (2ème édition)
Lili à Cape Town (2ème édition)
Les requins défilent devant la cage

Les requins défilent devant la cage

Quand le skipper demande 8 autres volontaires pour la plongée suivante, je fuse tel l'éclair et me voilà à mon tour équipée! Je suis la première encore à entrer dans la cage et dois donc me rendre à l'extrémité gauche de celle-ci. Je ne vais pas regretter cette place!!!! Je plonge avec Michel. Julien et Florence sont restés en haut pour immortaliser notre plongée.

Mise à l'eau, c'est gelé!

Mise à l'eau, c'est gelé!

A peine la cage refermée, voilà un énorme requin de 4m30 qui commence à roder autour de nous. La visibilité est assez faible (tout au plus 5m) et partiellement camouflée par des centaines de petits poissons attirés eux aussi par la fameuse mixture secrète. A chaque cri du skipper, on plonge. Dès que le requin se rapproche, les petits poissons disparaissent comme par magie. C'est incroyable à vivre. C'est lors d'une énième plongée en apnée que je vais me retrouver nez à nez avec le grand blanc. Il va même me frôler avec sa nageoire gauche. J'en reviens pas ! Mais malgré l'excitation j'ai quand même réussi à prendre la photo. Ihaaaa!!!!!

ma tête c'est le petit truc noir entre les 2 bouées. Un requin de 4m30 vient de me froler ...

ma tête c'est le petit truc noir entre les 2 bouées. Un requin de 4m30 vient de me froler ...

... j'ai même réussi à lui tirer le portrait !

... j'ai même réussi à lui tirer le portrait !

Contrairement aux idées reçues largement propagées par le film "Les dents de la mer", le grand requin blanc n'est pas un "mangeur d'hommes" et l'homme n'est pas une proie pour lui, la plupart des attaques sont dues à une erreur d'analyse visuelle du requin. Il a une alimentation très variée et se nourrit principalement de pingouins, de poissons et de tortues. Avec une taille maximale dépassant les 6 mètres, c'est l'un des plus grands poissons prédateurs vivant actuellement dans les océans. Ses mâchoires sont impressionnantes : elles peuvent mesurer 90 cm de large pour un spécimen de 6 mètres! Si une dent tombe, une autre de la rangée arrière (ses mâchoires sont pourvues de 4 à 6 rangées et il possède entre 44 et 52 dents), qui est inclinée vers l'intérieur, s'avance vers l'avant de la mâchoire pour prendre sa place. Pratique ;-) Son espérance de vie est évaluée à 40 ans pour les femelles et à 73 ans pour les mâles.

Après 20mn de plongée environ, je ressors frigorifiée mais ravie. Je viens de vivre un moment privilégié.

La mer commence à grossir et le bateau bouge de plus en plus. Je me rends compte une fois sur le pont que près de 50% des gens sont malades. Je ne vais pas tarder d'ailleurs à ressentir les 1ers signes du mal de mer.... on fixe l'horizon et on respire profondément ;-)

Julien s'équipe à son tour pour tenter l'expérience et comme il reste une petite place dans la cage, je rempile avec lui. Cette plongée est beaucoup plus sportive que la mienne. Il commence a y avoir des beaux creux et le ciel de plus en plus menaçant réduit la luminosité sous marine. Nous abandonnons avant la fin de la session. Je suis tellement déçue pour Julien qui n'a pas eu la chance de vivre pleinement l'expérience.

A 13h30, il n'y a plus de volontaires pour aller dans la cage. Les plongeurs sont soit gelés, soit malades, soit les 2! Nous sommes ballotés tel un bouchon de liège au milieu de vagues de presque 4m désormais. L'équipage remonte la cage et met plein gaz vers le port.

A 14h, nous retrouvons la terre ferme, épuisés mais ravis!

Le temps d'une bonne douche chaude, d'une collation, et de quelques achats de souvenirs à la boutique, nous quittons Gansbaai et ses grands requins blancs.

Nous prenons la route côtière pour rentrer sur Hout Bay. Nous espérons arriver avant la fermeture de Stony Point Penguin Colony de Betty's Bay et observer nos amis les manchots du Cap. Malheureusement, nous arrivons à 16h50 et nous voyons le gardien du site fermer la grille devant nous. Raté! Notre déception sera de courte durée puisque les manchots passent sous les grilles et se baladent librement autour de nous. Incroyable!

Betty's Bay

Betty's Bay

Manchot du Cap

Manchot du Cap

Malheureusement, nous croisons aussi un bébé manchot sorti du nid et abandonné. Même si nous avons envie de le voir réintégrer le nid, nous ne voulons pas interférer avec la nature et gardons nos distances. On espère qu'il retrouvera vite sa maman...

bébé manchot en dehors du nid

bébé manchot en dehors du nid

Nous allons même avoir la chance de croiser des damans du Cap ou damans des rochers (appelés "dassies" ici), sorte de marmotte locale! On les avait désespérément cherchés il y a 2 ans sans succès et, là, nous en avons plusieurs devant nous. Génial!

un daman du Cap au soleil

un daman du Cap au soleil

face à face avec un daman du Cap

face à face avec un daman du Cap

Le soleil commence à décliner. Nous reprenons la R44 qui longe la côte escarpée. La route, réputée pour l'observation des baleines, est splendide sous ce ciel d'orage.

Tout à coup, je repère un nuage d'eau qui ressemble fort à celui d'une baleine. On s'arrête et on scrute l'horizon à la recherche d'un autre mouvement du même genre. Et là, oh surprise! 2 baleines : une mère et son petit longent la côte tout comme nous. Fantastique !!! Nous avons beaucoup de chance car ce n'est pas la saison normalement (juin à novembre).

Nous les suivons de parking en parking. C'est magique. Quelle journée!

la R44

la R44

Lili à Cape Town (2ème édition)
une baleine au milieu de l'immensité

une baleine au milieu de l'immensité

une baleine et son baleineau

une baleine et son baleineau

Nous arrivons à la maison sous une pluie battante et en pleine nuit. Nous sommes épuisés par cette dernière journée de vacances riche en émotions et en rencontres animales.

 

Dimanche 30 mars 2014

Ce matin j'ai fait très fort. J'avais mis le réveil à 6h30 pour être à 8h sur l'embarcadère pour Robben Island sauf que pendant la nuit, je ne sais pour quelle raison, mon téléphone s'est mis à l'heure d'été alors que j'avais désactivé la mise à jour automatique... et donc il a sonné à 5h30 heure locale sauf qu'on s'est rendu compte de la supercherie une fois prêts à partir.... Au moins, on n'était pas en retard ce matin ... Les boules!

Programme à la carte ce matin : nos amis et ma soeur partent visiter Robben Island et nous nous montons à Table Mountain malgré la brume puisque nous avions déjà visité Robben Island il y a 2 ans (bon Table Mountain aussi mais chut!).

Nous sommes à l'ouverture du téléphérique (205ZAR/personne). L'hôtesse de caisse nous informe qu'en haut, il y a zéro visibilité, du vent et qu'il fait froid.... On hésite un instant puis on décide de tenter notre chance malgré tout.

Effectivement, quand on arrive au sommet, on est dans un brouillard très épais. On ne voit strictement rien. On va donc s'offrir un café bien chaud dans le restaurant d'altitude en attendant que le vent chasse tout ça.

Au sommet de la Table Mountain

Au sommet de la Table Mountain

Rosée sur les plantes grasses du sommet

Rosée sur les plantes grasses du sommet

Puis doucement, on voit apparaitre le soleil et la vue se dégage. C'est toujours aussi beau d'ici!

Vue sur Cape Town depuis la Table Mountain

Vue sur Cape Town depuis la Table Mountain

Panorama sur le Cap

Panorama sur le Cap

Lion's Head et Robben Island

Lion's Head et Robben Island

A 10h, nous redescendons car nous voulons aller jusqu'à Table View Beach avant de partir. Et en effet, cette plage mérite bien son nom. Elle offre une vue à 180° sur Cape Town et la montagne de la Table. Vraiment très chouette!

Cape Town depuis Table View Beach

Cape Town depuis Table View Beach

Il n'y a pas que les touristes qui admirent la vue...

Il n'y a pas que les touristes qui admirent la vue...

A 13h, nous sommes de retour à l'embarcadère de Robben Island pour récupérer la petite troupe. Ils ont été un peu déçus par cette visite même s'ils ne regrettent pas de l'avoir fait (comme nous il y a 2 ans) mais ils ont eu pendant la traversée du retour la chance de voir des dauphins jouer avec les vagues de leur bateau. Les petits veinards!

Nous ne nous attardons pas à la marina car nous devons rendre les clés de la maison à 15h30, notre avion étant à 18h30. Les vacances sont finies. Déjà!

Mais quelles vacances encore!

Le Cap on adore et je crois que nos amis et ma soeur sont, eux aussi, tombés sous le charme de ce petit coin du bout du monde ;-)

 

Au revoir Cape Town et peut-être à bientôt encore....

 

Lili à Cape Town (2ème édition)

Informations utiles :

- 10 ZAR = 0.68€ en 2014

- Passeport valable 30j après le retour. Pas de visas

- Pas de vaccins particuliers

- Pas de moustiques donc pas de paludisme

- Ici on parle afrikaans ou anglais

- Ici on roule à gauche, à l'anglaise!

- Pas d'insécurité particulière du moment qu'on ne prend pas de risques

- Repas au restaurant en moyenne à 250 ZAR par personne

- Prévoir un pourboire de 10% de la note environ au restaurant

- Plein d'essence pour 700 ZAR

Lili à Cape Town (2ème édition)

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article