Lili aux Philippines

Publié le par lili en escales

Lili aux Philippines

Du 1er au 12 Mars 2016

(Séjour Plongée)

Les Philippines ce n'est pas la porte à côté!!! Pas moins de 11 000km à vol d'oiseau séparent la France des Philippines, soit près de 2 jours de voyage. En ce qui nous concerne, nous avons décidé de faire un petit stop à Hong Kong histoire de visiter la ville et faire un petit coucou à notre cousine qui vit là-bas (mais ça, c'est un autre article)

11 000km séparent la France des Philippines

11 000km séparent la France des Philippines

Revenons donc à nos moutons, les Philippines!

C'est un archipel de 7107 îles dont seulement 2000 d'entre elles sont habitées. L'archipel est divisé en 3 zones géographiques : Luçon, les Visayas et Mindanao. Les îles s’étendent du nord au sud sur 1 800 km, et d’est en ouest sur plus de 1 100 km. Autant dire que lorsqu'on décide de partir aux Philippines, il faut faire des choix quant à sa destination de vacances. Les temps de trajet sont longs entre les îles et nécessitent parfois prendre plusieurs moyens de transport différents (bateau, bus, taxis, avion...) et/ou de transiter via Manille, la capitale.

Ne disposant que d'une dizaine de jours sur place, nous avons donc pris l'option de nous concentrer sur une seule île : Bohol.

Carte des Philippines

Carte des Philippines

Bohol fait partie de la région des Visayas. Avec ses 4800km², c'est la 10ème plus grande île des Philippines. Mondialement connue pour ses Chocolate Hills, c'est surtout pour ses fonds marins que Bohol, plus précisément sa presqu'île Panglao, nous a attiré.

Carte de Bohol

Carte de Bohol

Nous avions besoin de soleil en cette fin d'hiver et une furieuse envie de plongée sous marine. Alors Exit le roadtrip au Texas prévu depuis des mois et bonjour les Philippines ;-) Notre timing d'organisation étant un peu serré, nous avons confié à Equation Dive & Travel Different (http://www.equation.asia/) le soin de s'occuper de notre séjour sur place.

Au programme de ces 9 jours de vacances : 12 plongées réparties sur 5 jours, 2 jours de visite de l'île et 2 jours de farniente.

 

Mardi 1er Mars 2016

Nous quittons Hong Kong après 1 jour et 2 nuits de visites intenses. Il est 9h45, notre avion Cebu Pacific Air décolle pile à l'heure, direction Cebu City. Je n'étais pas très rassurée à la base de voler avec une compagnie lowcost philippine, surtout que Cebu Pacific Air (comme les autres compagnies aériennes des Philippines) faisait partie, il y a quelques mois encore, de la fameuse liste noire.... Au final, mon appréhension est assez vite passée. La cabine de notre A320 était neuve et tout à bord était similaire à nos compagnies européennes.

Nous profitons des 3h de vol pour réviser notre histoire des Philippines. Petit résumé :

Fernand de Magellan, explorateur portugais voyageant pour le compte de l'Espagne, est le premier Européen à arriver aux Philippines, le 16 mars 1521. Il nomme alors les îles ainsi en l'honneur de l'Infant d'Espagne, le futur Philippes II d'Espagne.

Après plus de 3 siècles de colonisation espagnole, le peuple philippin se soulève en 1898 sous l'impulsion d'Emilio Aguinaldo. Les États-Unis encouragent alors le mouvement d'indépendance et se décident à intervenir militairement aux Philippines à l'appel d'Aguinaldo. Le 10 décembre 1898, le traité de Paris met fin au conflit. L'Espagne cependant n'accorde pas l'indépendance aux Philippines mais les vend aux États-Unis pour 20 millions de dollars. La colonisation dès lors se poursuit sous le joug d'un nouveau maître. C'est pourquoi, dès le 4 février 1899, une nouvelle guerre oppose les indépendantistes philippins aux États-Unis. Plus d'un million et demi de Philippins perdent la vie dans cette guerre où les Américains commettent de nombreux massacres. Commence alors une période intensive de déshispanisation au profit d'une anglicisation de la culture. En 1935, les Etats-Unis accordent au Commonwealth des Philippines un statut de semi-autonomie destiné à accompagner le pays vers son indépendance. À partir de cette date, un président élu les représente au niveau international. Le 1er est Manuel L. Quezon, qui a donné son nom à l'une des villes de l'agglomération de Manille, actuellement la plus grande ville du pays.

En 1942, lors de la Seconde Guerre Mondiale, le pays passe sous occupation japonaise, les mouvements de résistance sont très actifs et la répression japonaise féroce. Les forces d'occupation commettent de nombreuses atrocités dont la marche de la mort de Bataan (environ 20 000 morts) et le massacre de Manille en février 1945, où plus de 100 000 civils trouvent la mort. Le général Douglas Mc Arthur, qui n'avait pas réussi pas à repousser l'invasion japonaise et avait dû fuir en Australie en abandonnant ses hommes, prend sa revanche en 1944-1945 et libère l'archipel. Le pays obtient son indépendance le 4 juillet 1946.

Plongés dans l'histoire des Philippines, le vol est vite passé. Déjà, l'hôtesse annonce l'arrivée à Cebu.

Entre Hong Kong et Cebu
Entre Hong Kong et Cebu

Entre Hong Kong et Cebu

A 12h40, nous débarquons. Les formalités de police sont assez vite expédiées. Nous récupérons nos bagages rapidement et sortons attraper un taxi pour rejoindre le port de Cebu City. Comme me l'avaient indiqué certains confrères blogtrotters, dès la sortie de l'aérogare nous sommes sollicités par de faux chauffeurs de taxi. Nous poursuivons sur la droite pour rejoindre la station de taxi officielle (celle où sont garés les taxis blancs de l'aéroport et les jaunes de la ville). Nous montons dans un taxi blanc. Le chauffeur met en route le compteur sans qu'on lui demande. Un bon point ;-) La circulation est dense dans Cebu City,  mais notre chauffeur réussit à nous déposer à temps pour prendre notre ferry de 14h pour Tagbilaran. La course nous aura coûté 250Pesos (5€).

Nous nous acquittons des 25Pesos par personne de taxe portuaire avant d'accéder aux comptoirs d'enregistrement d'Ocean Jet (http://www.oceanjet.net/). Nous découvrons que les bagages enregistrés sont en supplément (100Pesos par bagage). Heureusement que nous avions retiré un peu d'argent en arrivant à Cebu.... Nous embarquons dans la foulée, les places sont numérotées comme dans les avions.

Nous larguons les amarres à 14h piles! Qui a dit qu'aux Philippines la ponctualité n'était pas leur spécialité???

J'avais peur d'être malade à bord, enfermée dans la cabine, mais le bateau est super stable. J'arrive même à bouquiner! Bon pas très longtemps tout de même car le film projeté en cabine est plein tube. Après 2 heures de traversée sans encombre, nous apercevons le port de Tagbilaran.

Lili aux Philippines

Le débarquement est efficace et nous récupérons rapidement nos bagages sur le quai. La chaleur est écrasante. C'est la 1ère fois qu'on a cette sensation de brûlure par le soleil... va falloir penser à bien se crémer pendant ce séjour!

Nous attendons notre taxi à l'ombre. Il est un peu en retard et j'avoue que cela m'agace. J'ai hâte d'être posée à l'hôtel, tranquille. Ce que nous ne savons pas encore, c'est que le studio que nous avions réservé à Alumbung Tropical Living a été donné à une autre personne. Sylvie, la gérante, nous propose donc un surclassement gratuit dans la villa. Sympa!

On va vite déchanter... la villa est certes grande mais située au milieu des autres logements, aucune intimité donc. Et ce n'est pas tout!!! La chambre se situe sous le toit, avec une échelle pour y accéder. Il n'y a pas de fenêtres, juste des portes en bambou, donc pour avoir un peu de lumière il faut obligatoirement tout laisser ouvert... J'accuse le coup!

Quand Lara, la chargée de clientèle chez Equation, passe nous souhaiter la bienvenue et prévoir la journée plongée du lendemain, je ne peux cacher ma déception. Lara propose alors de discuter avec la gérante pour qu'on récupère le studio. On préfère finalement laisser passer une nuit pour voir à tête reposée ce que l'on décide.

Sur les conseils de Lara, nous allons prendre notre repas du soir au restaurant de l'hôtel Linaw qui jouxte Equation. Nous galérons un peu de nuit pour trouver le chemin qui mène à l'hôtel. C'est décidément pas notre jour!

Nous découvrons le Linaw et son cadre idyllique face à la mer, sa plage de sable blanc, sa piscine, son personnel adorable... Il n'en faut pas plus pour nous décider! Demain, nous demanderons à Equation de nous changer d'hôtel même si cela va nous coûter quelques euros de plus.

 

Mercredi 2 Mars 2016

Nous avons passé une nuit éprouvante à Alumbung. Notre lit en bambou a menacé de s'effondrer à chaque fois que Julien s'est retourné, la climatisation faisait un bruit du diable, j'ai failli me casser la figure dans l'escalier-échelle en allant aux toilettes en pleine nuit.... Bref, que du bonheur! Il FAUT absolument qu'on change d'hôtel si on ne veut pas se gâcher toutes les vacances!!!

Nous prenons le chemin d'Equation un peu fourbus de la nuit passée. L'accueil chaleureux de Rhéa et Eva, les 2 employées philippines, le superbe décor du club de plongée et le délicieux petit-déjeuner, vont rapidement nous redonner le sourire.

Nous faisons la connaissance de Carol et Jérôme, les propriétaires, et d'Anne, notre dive master du jour. L'ambiance est jeune et décontractée.

Equation
Equation

Equation

Nous ne tardons pas à faire part de notre problème d'hébergement à Carol qui s'empresse de nous organiser le changement pour le Linaw (http://www.linawbeachresort.com/). Efficace!

Cette après-midi en rentrant de nos plongées, nous ferons le transfert. Voilà une bonne chose de réglée! Nous pouvons désormais nous consacrer pleinement à la plongée et profiter des vacances! Cool !

Bon, le départ prévu à 9h30 aura lieu vers 11h car le capitaine est arrivé avec un léger retard... On s'en fout, on est en vacances et on n'a rien d'autre de prévu à part plonger!

Aujourd'hui, nous plongeons au large d'Equation, sur les sites de Danao.

Les sites de plongée autour de Panglao

Les sites de plongée autour de Panglao

Nous embarquons sur le Pt'i Naia pour quelques minutes de navigation. Julien et moi plongeons sur Danao Wall avec Anne, 2 autres plongeurs sont avec Flo et 4 personnes en formation Open Water PADI avec Manu.

Le Pt'i Naia devant Equation

Le Pt'i Naia devant Equation

Bascule arrière depuis le Pt'i Naia

Bascule arrière depuis le Pt'i Naia

Dès la mise à l'eau, nous sommes surpris par toutes les particules en suspension, la visibilité s'en ressent.... Cependant, pas de quoi nous gâcher le plaisir de retrouver le monde de Némo ;-) Et ici, des Némos, il y en a de toutes les sortes! Et gare à celui qui s'approche trop près de son anémone... Némo est un guerrier! lol

Poissons clowns dans leurs anémones
Poissons clowns dans leurs anémones
Poissons clowns dans leurs anémones

Poissons clowns dans leurs anémones

Face à face avec Némo!

Face à face avec Némo!

Après 50mn de plongée dans une eau à 26°, nous remontons et revenons faire l'intervalle de surface au club. Rhéa nous accueille avec un jus de calamansi frais (petit citron vert typique des Philippines). Un pur délice! Je suis devenue totalement addict de ce petit fruit plein de pépins au goût de mandarine mêlée au citron vert.

La 2ème plongée, à Danao III, sera du même style que la 1ère : beaucoup de coraux, de petits poissons et de macro avec les nudibranches, les spirobranches, les crevettes et les crabes...

Crevette et poisson clown partagent la même anémone

Crevette et poisson clown partagent la même anémone

Le bidule bleu (désolée je n'ai pas réussi à retrouver son nom)

Le bidule bleu (désolée je n'ai pas réussi à retrouver son nom)

BénitiersBénitiers

Bénitiers

Lili aux Philippines
Festival de formes et de couleurs

Festival de formes et de couleurs

Au retour de plongées, nous voulons aider à décharger et nettoyer notre matériel mais l'équipe refuse catégoriquement. Ici, les clients ne font rien, c'est le personnel qui s'occupe de tout. On n'a pas vraiment l'habitude d'être assistés ainsi, ça fait bizarre, on se sent un peu démunis. Bon, ben puisque c'est comme ça on va se changer alors.

Il est 15h passées quand nous nous mettons à table. Etrangement, nous n'avons pas plus faim que ça mais le kinilaw (recette en fin d'article) cuisiné et revisité par Cédric va vite nous faire saliver. Il plane comme un petit air de Polynésie à table...

Kinilaw

Kinilaw

En fin d'après-midi, Jérôme nous conduit en Racal (moto transformée en petite fourgonnette) à Alumbung pour récupérer nos affaires. Nous ne traînons pas et jetons tout en vrac dans nos valises.

C'est avec délectation que nous découvrons notre chambre au Linaw et son balcon au coucher du soleil. On va être TRES bien ici !!!

Notre chambre au Linaw, la n°27

Notre chambre au Linaw, la n°27

Vue sur le coucher de soleil depuis notre balcon

Vue sur le coucher de soleil depuis notre balcon

Ce soir encore, nous dînons au Linaw. Le temps semble comme suspendu ici...

La plage du Linaw la nuit

La plage du Linaw la nuit

Jeudi 3 Mars 2016

Nous avons très bien dormi malgré la literie un peu dure du Linaw. Ca nous change de la nuit précédente...

Comme tous les matins, nous allons prendre notre petit déjeuner au club de plongée, situé à quelques mètres seulement de notre hôtel. Rhéa et Eva sont fidèles au poste. Ce matin, il y a même Emily, la petite fille d'Eva. C'est en quelque sorte la mascotte d'Equation et elle ne manque pas de caractère cette petite!

Emily

Emily

Aujourd'hui encore, nous ne partirons pas à 9h30... Cette fois, la personne chargée de faire le plein d'essence du bateau a oublié de s'en occuper... Il semblerait que les Philippins soient légèrement étourdis...

Nous profitons de l'attente pour faire un peu connaissance avec les autres plongeurs. Flo sera notre Dive Master du jour.

Vers 10h, nous montons à bord du Pt'i Naia en direction de Danao, comme la veille. Nous commençons par le site de Kalipayan. La visibilité ne s'est pas bien améliorée, nous restons donc dans la zone des 15-20m pour profiter au maximum de la lumière du soleil.

C'est une fois encore festival d'étoiles de mer et de macro !

Lili aux Philippines
White Dragonface Pipefish

White Dragonface Pipefish

Comme la veille, nous revenons faire l'intervalle de surface au club. Hummmmmm! Ce jus de calamansi....!!!!

La seconde plongée, sur Danao Wall I, nous offre là encore de superbes spécimens de nudibranches et de macro. J'avoue avoir un petit faible pour les nudibranches, ces limaces des mers qui rivalisent de couleurs et de grâce. A défaut, de voir du gros....

Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches
Nudibranches

Nudibranches

Crabe de porcelaine

Crabe de porcelaine

Au retour de la 2ème plongée, Rhéa nous attend avec une spécialité locale : le poulet adobo (recette en fin d'article). Miam!

Poulet Adobo

Poulet Adobo

Nous terminons cette belle journée par une balade le long de la plage au coucher du soleil. Juste magique!

Coucher de soleil époustouflant
Coucher de soleil époustouflant
Coucher de soleil époustouflant
Coucher de soleil époustouflant

Coucher de soleil époustouflant

Ce soir, nous faisons des infidélités au restaurant du Linaw, pour déguster le couscous-poissons de Cédric en compagnie des autres plongeurs. Nous passerons sur le manque d'éducation des autres plongeurs (pas tous heureusement) qui, en plus de ne pas nous adresser la parole et nous tourner le dos, vont nous enfumer tout le repas. Des claques qui se perdent!!!

Heureusement Cédric nous avait concocté un tit punch au calamansi du tonnerre!!! Il s'était souvenu que nous étions amateurs de rhum et était allé acheter de l'Emperador spécialement pour nous. Adorable!

 

Vendredi 4 Mars 2016

Ce matin, nous avons RDV un peu plus tôt que les jours précédents. Nous partons en excursion avec Flo pour découvrir Bohol, côté terre.

A 8h, notre chauffeur, René, passe nous chercher au club. Notre 1er philippin ponctuel! Ca se souligne ;-)

Nous commençons les réjouissances par le marché couvert de Tagbilaran. Je m'attendais à des odeurs un peu violentes de poisson et de viande, à une foule de gens, à beaucoup de bruit, un peu comme les marchés africains mais pas du tout. Les étals étaient bien rangés, propres et les gens discrets. J'ai donc pris beaucoup de plaisir à déambuler dans les allées de ce marché philippin.

Le marché couvert de Tagbilaran
Le marché couvert de Tagbilaran
Le marché couvert de Tagbilaran
Le marché couvert de Tagbilaran
Le marché couvert de Tagbilaran

Le marché couvert de Tagbilaran

calamansi

calamansi

Malgré tout, nous ne nous éternisons pas car nous voulons arriver tôt au sanctuaire des tarsiers de Corella (http://www.tarsierfoundation.org/news/the-tarsier-sanctuary). Si l'on veut éviter les bus de touristes, il faut arriver avant 9h, alors en route!

Le tarsier est le plus petit primate au monde, il mesure à peine une dizaine de centimètres, pèse près de 120g et possède d'immenses yeux globuleux qui font, chacun, le volume de son cerveau. C'est un animal nocturne qui se nourrit principalement d'insectes. Malgré sa petite taille, il est capable d'effectuer des bonds de plus de 5m! La gestation dure environ 6 mois et n'aboutit à la naissance que d'un seul petit.

C'est une espèce endémique du sud des Philippines que l'on peut apercevoir sur les îles de Bohol, Leyte, Samar et Mindanao.

Sa tête vous dit quelque chose?.... eh bien c'est normal, puisqu'il a inspiré les créateurs de "Star Wars". Ca y est? Vous avez fait le lien? C'est Maître Yoda!

Tarsiers
Tarsiers
Tarsiers

Tarsiers

Squelette de tarsier

Squelette de tarsier

Trêve de plaisanterie, le tarsier est un animal tellement anxieux qu’il en vient parfois à se suicider. La voix un peu trop forte d'un être humain, une main trop proche ou encore le flash d'un appareil photo suffisent à les plonger dans une grande détresse. C'est pour cette raison, qu'ici, seulement 3 ou 4 tarsiers sont montrés chaque jour aux touristes. Un gardien reste alors à proximité pour faire respecter les consignes et le silence. Petit coup de gueule tout de même aux détenteurs de perche à selfie qui s'approchent beaucoup trop près de l'animal!!!

La visite n'aura duré qu'une petite demi-heure mais je suis ravie d'avoir eu la chance d'observer cet animal si rare.

Nous mettons le cap sur Antequera et traversons de jolis paysages de rizières.

Rizières aux alentours d'Antequera

Rizières aux alentours d'Antequera

A Antequera, nous sommes pour la 1ère fois confrontés aux stigmates du tremblement de terre du 15 octobre 2013. De magnitude 7.2, ce séisme, dont l'épicentre se situait vers les Chocolate Hills, a causé la mort de plus de 150 personnes et de multiples dégâts dans l'île. De nombreux bâtiments religieux de l'époque coloniale espagnole ont été détruits ou sévèrement endommagés : l'église de Loon, datant de 1850, a été entièrement rasée, celles de Loboc (XVIIe siècle) et de Baclayon (1724) se sont, quant à elles, partiellement écroulées.

Comme si une catastrophe ne suffisait pas, le 8 novembre 2013, soit à peine 3 semaines plus tard, les Philippines sont frappées par un cyclone de catégorie 5 : Yolanda. Le bilan sera de 209 morts et près de 1000 blessés rien que sur Bohol.

Eglise d'Antequera : Nuestra Señora del Rosario Parish construite en 1880

Eglise d'Antequera : Nuestra Señora del Rosario Parish construite en 1880

Nous retrouvons Antolin Hibaya, accompagné de son fils, à proximité de l'église. Nous les suivons à travers une végétation dense jusqu'à un pont en bambous. Nous avons comme l'impression de tourner un remake d'Indiana Jones ;-)

Antolin et son fils

Antolin et son fils

Le pont en bambous façon Indiana Jones ;-)

Le pont en bambous façon Indiana Jones ;-)

Antolin nous guide jusqu'à une petite aire de pique nique aménagée qui surplombe la rivière. C'est rustique mais le décor est chouette.

Au menu : poissons grillés au barbecue, poulet adobo, riz et crudités. On ne va pas manquer!

Pour digérer, Julien s'offre un petit bain rafraîchissant dans la rivière. Le fils d'Antolin en profite pour venir chahuter avec lui. En ce qui me concerne, je passe mon tour. Je préfère les eaux chaudes et cristallines ;-)

Pause repas au bord de la rivière
Pause repas au bord de la rivière
Pause repas au bord de la rivière

Pause repas au bord de la rivière

Rose de porcelaine

Rose de porcelaine

Antolin nous emmène ensuite dans la forêt pour nous montrer quelques cénotes locales. Elles sont impressionnantes.

Bien que son anglais soit bon, nous avons un peu de mal à le comprendre parfois... l'accent très certainement.

Visite guidée par Antolin

Visite guidée par Antolin

Cénote locale

Cénote locale

Au fil de la balade, il nous explique les plantes médicinales et nous montre un arbre de coton. Nous en avions vu dans le Mississippi mais en version arbuste pour faciliter la récolte. Ici, il semble plus ornemental qu'autre chose. On remarque alors qu'il est couvert d'un spécimen très coloré de punaise.

Punaise colorée sur une fleur de coton

Punaise colorée sur une fleur de coton

En revenant au village, on découvre une sorte de petite halle dans laquelle est accroché un tableau de recensement. Notre oeil est tout de suite attiré par les informations sur la natalité et les méthodes de contraception. Combien de vasectomie? De ligature des trompes?... Manifestement, il n'y a pas de tabous aux Philippines!

Flo nous explique que l'on trouve ces panneaux dans tous les barangays des Philippines.

Historiquement, un barangay est une communauté composée de 50 à 100 familles, dirigé par un chef. La majorité des barangays comptent entre 30 et 100 maisons, et une population de 100 à 500 personnes. Les barangays peuvent être divisés en plusieurs puroks.

Ici, nous sommes dans le purok de Pinay.

Panneau de recensement du purok de Pinay

Panneau de recensement du purok de Pinay

Nous quittons Antolin et sa famille pour rejoindre à quelques kilomètres seulement les chutes d'eau de Mag Aso (entrée 20Pesos par personne).

A la base, il s'agissait de 2 chutes d'eau hautes de 8m mais le tremblement de terre d'octobre 2013 a quelque peu modifié son cours. Elle reste toutefois splendide.

Pour y accéder, on doit descendre une bonne centaine de marches mais on est vite récompensé par le panorama.

Mag Aso Falls

Mag Aso Falls

Nous revenons sur Panglao pour faire un stop à la Bohol Bee Farm. Nous pensions trouver une ferme à visiter mais en réalité il s'agit d'un complexe touristique avec boutiques, hôtel, restaurant... Bref, rien de passionnant sauf si l'on souhaite manger. Du coup, on va se laisser tenter par une petite glace maison aux goûts très surprenants! Julien va tester le Ube (patate violette), Flo l'avocat et moi le spicy ginger. C'était très bon.

Bohol Bee Farm et ses glaces maison
Bohol Bee Farm et ses glaces maison

Bohol Bee Farm et ses glaces maison

Nous terminons la journée par un stop à Alona car nous cherchons désespérément une bouteille de rhum Don Papa à acheter (1200Pesos). Eh oui! On trouve du rhum aux Philippines! Vous ne le saviez pas?

Les Philippines sont l’un des 10 plus grands pays producteurs de canne à sucre dans le monde. Cependant, la production de rhum n’a réellement débuté qu’au 17ème siècle pour la consommation locale uniquement puisque seul les rhums des Caraïbes avaient une tradition d’exportation. Aujourd'hui, le rhum est une boisson très populaire puisque la grande marque locale, Tanduay est le 2ème producteur mondial de rhum en volume! C'est sur l'île de Negros que pousse la canne à sucre, ses sols volcaniques et riches permettent d'obtenir des cannes à sucre complexes et d'une grande douceur.
Le rhum Don Papa, autre marque incontournable, doit son nom à l'un des héros de la révolution des Philippines : Dionisio Magbuelas, surnommé Papa, coupeur de canne à sucre. Il a été l'un des fers de lance de la Révolution aux Philippines et a permis à son pays d'accéder à l'Indépendance.

Il existe en tout 5 marques de rhum aux Philippines : Don Papa (assemblage de rhums vieux de 7 ans minimum), Limtuaco, Emperador, Tanduay, et Tandena.

Nous n'en avons testé que 3 : le Tanduay, l'Emperador et le Don Papa. Soyons honnêtes, ça ne vaut pas les rhums agricoles antillais!!! Loin de là, mais le prix ici défie toute concurrence! Une bouteille d'1L de Tanduay coûte environ 100 pesos (soit 2€) c'est moins cher qu'un coca!

Pour ceux qui n'aiment pas le rhum, on trouve de très bonnes bières locales comme la Red Horse ou encore la San Miguel (40pesos les 33cL).

Rhums et bières aux Philippines
Rhums et bières aux Philippines

Rhums et bières aux Philippines

La journée se termine sur la plage du Linaw avec en arrière plan le plus beau des couchers de soleil!

Coucher de soleil sur la plage du Linaw
Coucher de soleil sur la plage du Linaw

Coucher de soleil sur la plage du Linaw

Samedi 5 Mars 2016

Aujourd'hui nous rechaussons nos palmes pour une journée plongée à Pamilacan.

La marée étant bien basse ce matin, nous devons nous rendre à Alona pour rejoindre le Naia, notre bateau de plongée du jour. Dindo nous conduit donc en Racal.

Direction la plage d'Alona en Racal

Direction la plage d'Alona en Racal

Nous montons à bord du Naia pour la 1ère fois. C'est une banka, un bateau traditionnel philippin en bambou.

Le Naia

Le Naia

Nous nous éloignons d'Alona en direction de Pamilacan. Près de 2h de navigation nous attendent.

Plage d'Alona

Plage d'Alona

A mi chemin, nous sommes rejoints par des dauphins. L'excitation monte à bord du Naia. Pendant plus d'une demi-heure nous allons "chasser" du regard la moindre dorsale à l'horizon. Malheureusement, aucun d'entre eux ne s'approchera du bateau et encore moins jouer dans nos vagues. Je suis déçue...

Nous croisons quelques dauphins au loin

Nous croisons quelques dauphins au loin

A l'approche de Pamilacan nous découvrons des eaux turquoise et un panorama de carte postale. Ca promet une belle journée!

Avant de nous mettre à l'eau, nous devons déposer des clients sur l'île pour une session snorkeling mais le courant rend la manoeuvre difficile. Le Capitaine tente à plusieurs reprises d'accoster sur la plage mais sans succès. Après 4 tentatives infructueuses, l'équipe décide finalement d'abandonner. Le snorkeling aura lieu depuis le bateau. Nous partons donc nous mettre au mouillage un peu plus loin.

C'est parti pour 2 plongées! On commence par le Site A.

Quelle ne fut pas notre surprise en se mettant à l'eau de voir qu'en l'espace de 2 secondes, un petit farceur avait remplacé l'eau turquoise de rêve par une eau trouble digne d'un lac...

On ne se voit pas à 3m !!!

Visibilité pourrie à PamilacanVisibilité pourrie à Pamilacan

Visibilité pourrie à Pamilacan

Nous palmons un peu pour essayer de trouver un endroit avec une meilleure visibilité. Ca ne sera pas la panacée mais nous arriverons toutefois, en restant dans la zone des 10-15m, à profiter d'une luminosité suffisante pour observer la faune et la flore foisonnante du site.

Beaucoup de petits poissons colorés mais une visibilité médiocre
Beaucoup de petits poissons colorés mais une visibilité médiocre

Beaucoup de petits poissons colorés mais une visibilité médiocre

Nous abandonnons les photos d'ensemble car les particules en suspension gênent la mise au point et nous concentrons sur la macro. J'avais lu à plusieurs reprises que les Philippines étaient le paradis de la macro et je confirme c'est le cas! Est-ce une façon de dire que le reste n'est pas top? J'avoue que le raccourci est assez tentant....

En remontant pour l'intervalle de surface, nous faisons part de notre étonnement et déception à l'équipe d'Equation. Leurs réponses évasives ne nous permettront pas de savoir si nous n'avons pas eu de chance côté visibilité (ce qui peut arriver parfois) ou si c'est tout le temps comme ça ici mais qu'il existe une omerta sur le sujet...

Nous repartons pour la 2ème plongée un peu moins enjoués que quelques heures plus tôt. La visibilité est légèrement meilleure sur Spanish Tower.

Nous ramènerons de belles photos de nudibranches, spirobranchespipefish, et de coraux de toutes sortes mais nous avons toujours en bouche ce goût amer de déception. Faire tout ce long voyage depuis la France pour ça.... Peut-être devenons-nous blasés après avoir plongé aux quatre coins du monde?

Quoiqu'il en soit, je viens de fêter ma 50ème plongée!

Spirobranches
Spirobranches
Spirobranches

Spirobranches

Corail et coquillage

Corail et coquillage

Pipe Fish

Pipe Fish

La mer a fini par se calmer un peu, nous permettant ainsi d'aller accoster sur Pamilacan pour prendre le repas de midi. Bon, heureusement que Julien est costaud car, sans son aide, je ne suis pas sûre que le personnel philippin aurait réussi à tirer le bateau sur la plage... Ca sert souvent un rugbyman ;-)

Nous nous installons sous une paillote à l'ombre. Le repas est à base de poisson et de poulet. Simple mais très bon.

A peine le repas fini, l'équipe sonne le clairon pour rejoindre le bateau et rentrer sur Panglao. Quoi??? On ne visite même pas Pamilacan??? Face à notre déception, on nous autorise quelques minutes de rab pour faire un petit tour vite fait. Anne et Flo veulent absolument nous accompagner. Ont-elles peur qu'on se perde sur l'île? Pour la promenade romantique on repassera.

Nous n'aurons qu'un bref aperçu de Pamilacan. Dommage! Cette île semble pourtant mériter qu'on y passe plus de temps.

Pamilacan, sa tour espagnole, son église, ses petites maisons traditionnelles et sa plage de sable blanc
Pamilacan, sa tour espagnole, son église, ses petites maisons traditionnelles et sa plage de sable blanc
Pamilacan, sa tour espagnole, son église, ses petites maisons traditionnelles et sa plage de sable blanc
Pamilacan, sa tour espagnole, son église, ses petites maisons traditionnelles et sa plage de sable blanc
Pamilacan, sa tour espagnole, son église, ses petites maisons traditionnelles et sa plage de sable blanc

Pamilacan, sa tour espagnole, son église, ses petites maisons traditionnelles et sa plage de sable blanc

C'est donc un peu contrariés par la journée que nous remontons à bord du Naia.

La traversée du retour s'effectue tranquillement à discuter avec les autres plongeurs et snorkeleurs. Manifestement, nous ne sommes pas les seuls à être déçus de la visibilité... Ca nous rassure un peu, on commençait presque à culpabiliser.

En rentrant au club, nous ne pouvons cacher notre déception mais cela semble contrarier Manu, le manager omnipotent. On lui montre alors les photos mais, selon lui, on exagère... A son comportement, nous comprenons sans difficulté qu'il nous a pris en grippe et plus particulièrement moi. Pourquoi? Mystère! Le ton est donné.

Demain, nous allons à Balicasag, considérée dans le coin comme la Mecque de la plongée . Nous verrons bien...

Nous terminons la journée tranquillement au bord de la piscine du Linaw avec une bonne bière à la main. Un peu de repos et de bon temps, c'est aussi ça les vacances!

Piscine du Linaw en fin de journée

Piscine du Linaw en fin de journée

Dimanche 6 Mars 2016

Comme hier, nous nous rendons à Alona en Racal pour rejoindre le Naia.

Du bateau, Balicasag ressemble à un atoll.

Balicasag
Balicasag

Balicasag

Nous sommes sur site après une grosse demi-heure de navigation. On s'équipe et à l'eau pour la 1ère plongée du jour : Sanctuary.

La visibilité est un peu meilleure que la vieille mais pas de quoi s'enthousiasmer quand même. Nous scrutons tant bien que mal le grand bleu à la recherche du fameux banc de Jack Fish (carangues) sans succès. Nous apercevrons néanmoins un beau banc de maquereaux.

Banc de maquereaux
Banc de maquereaux
Banc de maquereaux

Banc de maquereaux

La 2ème plongée se déroule sur le site de Black Forest, réputé pour ses tortues. Nous nous mettons à l'eau mais dès les 1ers mètres de la descente Julien prend une douleur fulgurante à la tête. Il préfère ne pas prendre de risque et abandonne la plongée. Je plonge donc seule avec Flo. Là encore la visibilité n'est pas top mais nous aurons quand même la chance de croiser plusieurs tortues (au moins 6). Je suis ravie!!! Bon j'avoue être un peu déçue pour Julien car c'était une belle plongée.

Tortue à Black Forest, Balicasag

Tortue à Black Forest, Balicasag

Avant de partir pour la 3ème plongée du jour, nous faisons une petite pause repas sur le Naia. La veille nous avions commandé 2 sandwichs au thon à Flo mais il semblerait qu'il y ait eu un problème de livraison car il n'y a pas de sandwich au thon dans le sac mais des sandwichs au poulet... C'est pas grave, on s'en accommodera, sauf qu'en fait il y a du roquefort dans le poulet et Julien ne mange pas de fromage....et Marine non plus. Histoire de compliquer un peu plus l'affaire, il n'y a pas non plus de sandwich végétarien pour Flo... Bref, c'est le bordel!

On s'arrange au mieux entre nous mais Julien et Marine devront partager le seul sandwich au jambon du sac. Ce n'est décidément pas sa journée...

C'est donc avec l'estomac quasi vide que Julien se met à l'eau pour la dernière plongée : Diver Heaven

C'est réellement le paradis du plongeur avec une flore et une faune riche. On peste un peu contre toutes ces particules en suspension qui viennent gâcher le rendu. Le site est tellement beau qu'avec une visibilité digne de ce nom ça doit être fantastique !!! C'est rageant.

Ce séjour semble définitivement placé sous la malédiction...

Flore et faune variées sur le site de Divers Heaven à Balicasag
Flore et faune variées sur le site de Divers Heaven à Balicasag
Flore et faune variées sur le site de Divers Heaven à Balicasag
Flore et faune variées sur le site de Divers Heaven à Balicasag
Flore et faune variées sur le site de Divers Heaven à Balicasag
Flore et faune variées sur le site de Divers Heaven à Balicasag

Flore et faune variées sur le site de Divers Heaven à Balicasag

Murène

Murène

Nous rentrons au club vers 16h avec de belles images en souvenir mais un peu contrariés par le lunch raté et la plongée manquée par Julien. Lui qui avait 2 plongées d'avance sur moi, n'en a plus qu'une seule désormais.

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui je récupère ma combinaison pour la laver convenablement au savon. Nous n'avons pas de plongées prévues avant 2 jours, elle aura donc bien le temps de sécher. Julien préfère laisser la sienne chez Equation comme d'habitude.

Nous savourons la fin de journée à bouquiner confortablement installés sur les chaises longues du Linaw. C'est pas tout ça mais ça fatigue la plongée! ;-)

La piscine du Linaw

La piscine du Linaw

Lundi 7 Mars 2016

Aujourd'hui, on n'a rien de prévu avant 16h alors on s'octroie une petite grasse matinée avant de se laisser tenter par un petit déjeuner américain avec oeufs et bacon, toujours servi avec le sourire par Rhéa.

Et comme toute cette activité nous a fatigué, à 10h, nous nous offrons un massage du corps pendant 1h (500pesos par personne). Ma masseuse est charpentée, elle fait plus penser à un pilier de rugby qu'à une jolie naïade ;-) J'apprendrais plus tard, par Carol, que ma masseuse est en fait enceinte de 9 mois!!! Ici, le congé maternité n'existe pas, les femmes travaillent jusqu'au moment de l'accouchement et reviennent travailler dès le lendemain. Comme le pays est à grande majorité catholique (81%), la contraception n'existe pas. Les femmes ont en moyenne un peu plus de 3 enfants mais il n'est pas rare de voir plus de 5 enfants dans une famille. Ils sont souvent élevés par d'autres membres de la famille, dans d'autres îles, sans que cela représente un problème. Il faut savoir qu'aux Philippines, l’école est gratuite et obligatoire pour tous les enfants âgés de 7 à 12 ans.

En tout cas, sa grossesse ne l'empêche pas d'avoir une sacrée poigne! Faudra que je lui demande "plus soft" la prochaine fois ;-)

Instant massage sur la plage du Linaw

Instant massage sur la plage du Linaw

Vous ai-je déjà dit que le monde est petit, très petit? En ce qui nous concerne c'est un euphémisme au Linaw! Après la rencontre avec Olivier et Patricia, des français installés au Japon, avec qui nous avons répertorié de nombreuses coïncidences et points en commun, je suis tombée sur Eve, une ancienne collègue de travail... C'est quand même hallucinant la probabilité de se trouver au même endroit au même moment à l'autre bout de la planète. Je n'en reviens toujours pas.

La journée s'écoule ensuite doucement à l'ombre d'un palétuvier. Un bon roman, le bruit de la mer, la piscine, un jus de mangue fraîchement pressé et la compagnie de Fifille, que demander de plus?!

Je ne vous ai pas présenté Fifille??? C'est un chien errant adopté par l'hôtel que nous avons baptisé Fifille. Elle a été notre compagnon pendant tout le séjour, venant avec nous lors de nos balades sur la plage le soir au coucher du soleil, se couchant sous notre table au restaurant ou aux pieds de nos transats la journée au bord de la piscine.... Une crème ce chien!!! On n'avait qu'une envie : la ramener dans nos bagages :-)

Avec elle, se trouvait souvent Bouchon, le chien d'Equation, une autre crème!

Nous avons souvent vu des chiens et des chats dans les rues, certains avec des colliers, d'autres sans, mais tous semblent être en bonne santé et nourri. Ils sont aussi tous extrêmement gentils et pas du tout agressifs, comme s'ils n'avaient rien à craindre de l'humain.

Notre copine Fifille

Notre copine Fifille

A 16h45, nous sommes, comme prévu, au point de RDV chez Equation. Notre chauffeur est lui aussi à l'heure. En route pour Maribojoc où nous attend une balade de nuit, en kayak, à la rencontre des lucioles (kayakbohol@gmail.com, 1950Pesos par personne avec le repas). Nous passons prendre 2 autres clients à Tagbilaran.  Comme nous, ils ont la trentaine et sont aussi français. La conversation s'engage rapidement, ils sont sympas, ça promet une soirée agréable.

Comme d'habitude, il y a pas mal de circulation dans Tagbilaran. Nous arrivons donc à la nuit tombée à Maribojoc. Le temps de nous enduire de lotion anti moustiques, de mettre nos gilets de sauvetage et de prendre nos pagaies, nous sommes à bord de nos kayaks. Nous voilà partis pour 4km aller-retour de kayak afin d'observer le rituel de séduction quotidien des lucioles qui ont élues domicile dans la mangrove de la rivière Abatan.

A Maribojoc, la nuit tombe sur la rivière Abatan

A Maribojoc, la nuit tombe sur la rivière Abatan

L'eau est un véritable miroir sur laquelle se reflètent les palmiers nipa qui la bordent. Le ciel étoilé et la lune prennent le relais sur le soleil. Nous nous habituons petit à petit à l'obscurité. Le silence se fait autour de nous, nous sommes comme enveloppés par une bulle de douceur, seul le bruit de nos pagaies qui pénètrent l'eau vient troubler cette quiétude.

Nous glissons sur la rivière sans effort. Quelques lucioles viennent tourner autour de nos kayaks comme pour nous montrer le chemin. Le bal des lucioles peut commencer.

Nous nous arrêtons devant un 1er arbre. On dirait un sapin de Noël rempli de guirlandes lumineuses. Ca clignote dans tous les sens. Les branches semblent secouées par des vagues de lumière. C'est féerique!!!

Pendant que nous admirons le spectacle, notre guide nous explique qu'avant de devenir ces êtres de lumière, les lucioles sont des larves qui vivent aux pieds des palétuviers, dans la boue. Une fois transformées en lucioles, elles n'ont plus que 2 semaines devant elles pour se reproduire. 

Nous assistons donc bouche bée à la plus belle des parades nuptiales qui soit.

Au 2ème arbre, nous nous glissons sous les branches pour observer de l'intérieur ce festival de lumières. C'est extrêmement romantique!

J'essaye tant bien que mal de faire une photo de la scène mais sans succès. Il me faudrait mon reflex avec trépied et pause longue mais je n'ai pris que le compact étanche de plongée... Le plus beau cliché est donc celui que nous gardons en mémoire.

Bon, pour ne pas vous laisser sans illustration, je vous mets une photo récupérée sur internet. Manifestement, certains ont réussi à immortaliser le spectacle...

Le bal des lucioles sur la rivière Abatan (Photo trouvée sur internet)

Le bal des lucioles sur la rivière Abatan (Photo trouvée sur internet)

Le silence va être bientôt troublé par quelques bankas remplies de touristes asiatiques plutôt bruyants. Pendant des années, Kayakasia était le seul à faire découvrir, dans le respect de l'environnement, ce site magique. Malheureusement, attiré par le potentiel pécunier de cette activité, le gouvernement a mis en place des navettes à moteur, rendant ainsi les lucioles accessibles au tourisme de masse. Clairement, on ne cautionne pas!

Il est temps de laisser un peu d'intimité à nos amies les lucioles. Nous nous éloignons donc avec regret. 

Sur le chemin du retour, notre guide attire notre attention sur l'eau de la rivière que brassent nos pagaies. Après le spectacle lumineux des lucioles, nous assistons à celui du plancton phosphorescent. Chaque mouvement dans l'eau, crée un tourbillon de paillettes. A croire que nos pagaies se sont transformées en baguette magique!!!

Quelle soirée!!!

Nous n'avons pas seulement fait du kayak sur la rivière Abatan, nous avons fait un voyage dans un pays imaginaire peuplé de fées clochettes, de paillettes, et de magie! Mais chut, cela doit rester un secret ;-)

Le retour à la réalité est cruel. La lumière blanche des ampoules nous ébloui et le bruit de la civilisation nous agresse. Heureusement, un bon repas nous attend : soupe claire, poulet adobo, riz et bananes. Miam!

Repas traditionnel après le kayak

Repas traditionnel après le kayak

Il est presque 22h quand nous rentrons au Linaw. Il y a manifestement de l'agitation dans le quartier... Une voiture de police est garée devant une maison et de nombreux philippins sont attroupés autour. Première fois que l'on voit autant de monde ici, bizarre!

Carol nous apprendra, le lendemain matin au petit déjeuner, que le capitaine du Naia s'est fait descendre d'une balle dans la tête ce soir là. Aux Philippines, la tête d'un homme ne vaut pas grand chose (à peine 2500pesos), du coup, en cas de dettes ou autres contentieux, il est assez aisé de remédier au problème de manière radicale. Ca calme! Des dires de Carol, ce genre de contrat ne s'applique pas aux étrangers mais quand même...

 

Mardi 8 Mars 2016

Une journée découverte de Bohol côté terre nous attend. Nous avons RDV avec Flo et René à 8h. Nous testons un nouveau programme de visites qu'Equation veut proposer à ses futurs clients. Direction le centre de l'île pour les Chocolate Hills.

Quelques kilomètres après Danao, nous faisons un stop à Dauis pour visiter l'église Notre Dame de l'Assomption. Comme la quasi totalité des églises de Bohol, elle a été partiellement détruite par le tremblement de terre de 2013. Elle est aujourd'hui en plein chantier de rénovation.

Eglise Notre Dame de l'Assomption à Dauis
Eglise Notre Dame de l'Assomption à Dauis

Eglise Notre Dame de l'Assomption à Dauis

Nous passons ensuite devant la Cathédrale Saint Joseph à Tagbilaran. Bizarrement, celle-ci semble avoir été épargnée par le séisme...

Cathédrale St Joseph à Tagbilaran

Cathédrale St Joseph à Tagbilaran

A Loay, nous nous arrêtons pour visiter la Clarin Ancestral House. Cette maison a été construite en 1840 dans le traditionnel style philippino-espagnol : édifice carré reposant sur des fondations en corail, dont les toits inclinés sont recouverts de feuilles de nipa.

Elle était la résidence principale de la famille Clarin, une éminente famille de politiciens de la ville. Déclarée héritage national, elle est aujourd'hui un musée.

La visite est rapide. On ne peut pas dire que le guide soit passionné et passionnant....

Clarin Ancestral House
Clarin Ancestral House
Clarin Ancestral House

Clarin Ancestral House

Nous continuons jusqu'à Loboc, célèbre pour ces dîners flottants sur la rivière du même nom. Pourtant, cette ville a beaucoup souffert du séisme de 2013 (son église fut très sévèrement endommagée) et les inondations causées par la tempête tropicale Seniang (29 décembre 2014) ont provoqué encore plus de dégâts. Les Philippines ne sont décidément pas épargnées par les éléments!

Hormis l'église toujours sinistrée, le reste de la ville fait bonne figure. C'est animé, coloré, vivant.

Et puis, il y a une station de jeepneys ;-) Perso, je suis totalement fan de ces véhicules bricolés à partir de Jeeps de l’armée américaine, de pick-up ou de minibus. Ce sont les transports en commun des Philippins. Ils sont très souvent bariolés et décorés selon les goûts et l’imagination de leurs conducteurs. Leurs klaxons rivalisent également d’originalité pour ne pas passer inaperçus.

Jeepneys
Jeepneys
Jeepneys

Jeepneys

Rue de Loboc

Rue de Loboc

L'église San Pedro de Loboc en grande majorité détruite

L'église San Pedro de Loboc en grande majorité détruite

La rivière Loboc et ses restaurants flottants

La rivière Loboc et ses restaurants flottants

Nous continuons à nous enfoncer dans les terres en direction des Chocolate Hills. Un gigantesque portique nous indique que nous touchons au but....

Chocolate Hills en approche

Chocolate Hills en approche

Nous filons au point de vue (50 pesos par personne). René nous dépose aux pieds des escaliers et part se garer en contre-bas. Purée ça grimpe pas mal! Mais les quelques gouttes de sueur en valent la peine. En haut, c'est un 360° sur les Chocolate Hills qui s'offre à nous.

Mais c'est quoi les Chocolate Hills, vous me direz? Eh bien, il s'agit d'une formation géologique composée de 1 268 collines en forme de cône de taille similaire, réparties sur plus de 50 km². Elle doit son nom à sa végétation, qui devient brune à la saison sèche (décembre à avril). Formées il y a environ 2 millions d'années grâce à l'accumulation de couches successives de corail et de coquillage, elles mesurent entre 50 et 120 mètres de haut. Une légende raconte qu'elle serait en fait des larmes tombées des yeux d'un géant...

Les fameuses Chocolate Hills
Les fameuses Chocolate Hills
Les fameuses Chocolate Hills

Les fameuses Chocolate Hills

Notre panorama à 360° sur les Chocolate Hills sera légèrement tronqué car le point de vue, totalement détruit lors du séisme de 2013, est en cours de reconstruction. Dommage!

Le point de vue sur les Chocolate Hills en cours de reconstruction

Le point de vue sur les Chocolate Hills en cours de reconstruction

Nous redescendons à pied rejoindre René tout en profitant des superbes panoramas sur les collines chocolat.

Notre prochaine étape se trouve à San Miguel dans la famille de Nordeline. Nous sommes attendus pour un repas chez l'habitant au milieu des rizières.

La route qui nous conduit à ce petit village perdu au nord-est des Chocolate Hills est splendide. Nous sommes au milieu de l'authentique Bohol.

Rizières aux pieds des Chocolate Hills
Rizières aux pieds des Chocolate Hills

Rizières aux pieds des Chocolate Hills

A notre arrivée, nous sommes accueillis par toute la famille de Nordeline. La table est déjà dressée et les noix de coco fraîches sont découpées, nous ne tardons donc pas à nous installer. Au menu, brochettes de porc marinées, lard en sauce, crevettes, poulet adobo et riz. C'est pantagruélique!

Repas gargantuesque

Repas gargantuesque

Le jardin de la famille avec des Chocolate Hills en fond

Le jardin de la famille avec des Chocolate Hills en fond

La famille de Nordeline au complet

La famille de Nordeline au complet

La mamie de la famille âgée de 84 ans.
La mamie de la famille âgée de 84 ans.

La mamie de la famille âgée de 84 ans.

Après ce bon repas, nous reprenons la voiture pour aller jusqu'à Nueva Vida Este, un petit village voisin. C'est ici que nous allons gravir une Chocolate Hills.

Nous traversons le village à pied. Dans certains jardins du riz sèche sur de grandes bâches posées au sol, dans d'autres des carabaos font la sieste à l'ombre. La vie semble paisible ici.

Séchage du riz

Séchage du riz

Carabao

Carabao

Nordeline et 2 copines à elle, nous servent de guides. Nous les avons surnommées les "Chocolate Girls". René s'est aussi joint à la joyeuse troupe. Il semblerait que l'une des 3 filles ne le laisse pas indifférent.... Nous le taquinons un peu sur le sujet ;-)

Trêve de plaisanterie, les choses sérieuses commencent : nous sommes aux pieds d'une Chocolate Hill. L'ascension au plus chaud de la journée est assez difficile mais ne dure pas longtemps, heureusement! Et une fois en haut, quelle vue!!!!

René & les Chocolate Girls

René & les Chocolate Girls

Panorama depuis le sommet de notre Chocolate Hill

Panorama depuis le sommet de notre Chocolate Hill

Sur le chemin du retour, l'oncle de Nordeline nous rejoint pour nous faire découvrir ses rizières, ses cavernes, ses terres. Nous le suivons donc à travers champs. Ca nous rappelle un peu Bali.

Paysans au travail dans les rizières

Paysans au travail dans les rizières

Rizières et Chocolate Hills
Rizières et Chocolate Hills
Rizières et Chocolate Hills

Rizières et Chocolate Hills

Nous terminons cette journée dans la famille de Nordeline par une petite session de "carabao riding". Seules Flo et moi avons osé chevaucher la bête. Julien a eu peur de lui faire mal.

Quelle expérience!!!!

Carabao riding

Carabao riding

Allez, il est temps de prendre le chemin du retour. Nous remercions chaleureusement nos hôtes. Ils nous ont offert une superbe journée.

Sur la route, nous croisons quelques bizarreries et autres étrangetés : des oeufs qui poussent sur des cactus et une pub pour le rhum Tanduay associée à Cemetery.... Ils ont de l'humour les philippins!

Décoration originale

Décoration originale

Sans commentaire....

Sans commentaire....

Mercredi 9 Mars 2016

Notre dernière journée plongée du séjour est arrivée. Et pour fêter ça, nous retournons à Balicasag. Nous espérons voir le fameux banc de Jack Fish ;-)

Par contre, ce ne sera pas Flo notre Dive Master mais Manu.... Ca ne nous enchante pas du tout mais on fera avec. Il s'est mis en tête de nous faire vivre une de nos plus belles plongées. Il est convaincu qu'avec lui nous allons tout voir et regretter d'avoir été critiques vis à vis des plongées précédentes... Il se prend pour Dieu? Ma foi, si ça peut le rassurer... On reste quand même dubitatif, nous verrons bien. 

A l'approche de Balicasag, Manu nous demande de nous équiper. Julien me donne ma combinaison qui sent bon la savonnette et cherche la sienne dans le sac du club.... Rien! On demande alors à Manu où il a rangé la combi de Julien. Devant son regard affolé, on comprend vite qu'il ne l'a pas prise. Le comble c'est qu'en plus il ose m'accuser d'être responsable de cet oubli. Selon lui, c'est parce que j'ai pris ma combinaison 2 jours plus tôt, il pensait que Julien aussi alors que nous avions été clairs sur le sujet : je ne prenais que MA combinaison!

Bon, un oubli ça peut arriver mais rejeter la faute sur le client, ça, ça ne se fait pas. Le pire dans cette histoire, c'est que "Monsieur Je Suis Le Meilleur", en plus d'avoir commis une grave erreur, n'a rien fait pour retourner chercher la combinaison de Julien ou la faire livrer par un autre membre du club. Et quand on connaît le gabarit de Julien, on sait qu'il ne pourra rentrer dans aucune combinaison standard. Pourtant, Manu va insister pour qu'il essaie la combinaison d'un des membres de l'équipe d'Equation. Evidemment, elle est beaucoup trop petite, il ne peut pas la fermer et se sent complètement oppressé dedans. Devant l'insistance de Manu, Julien décide quand même de tenter la plongée dans cette combinaison ouverte et trop petite. Il n'avait pas passé les 5m qu'il n'arrivait déjà plus à respirer. L'expérience s'arrêtait là. 

Je me retrouve donc sous l'eau sans lui. Je suis triste pour lui et en colère contre Manu mais pas question pour autant de ne pas profiter de cette plongée. La visibilité est bien meilleure, rien de comparable avec les jours précédents. Et chance, le banc de Jack Fish est au rendez-vous aujourd'hui! Il tourbillonne en contre-bas. Nous descendons doucement sur lui et nous faisons encercler par ces milliers de carangues. C'est magique!

Banc de carangues
Banc de carangues
Banc de carangues
Banc de carangues

Banc de carangues

Après presque 1h de plongée, nous rejoignons le Naia. Je suis partagée entre l'excitation de cette rencontre et la déception de l'avoir vécue sans Julien.

Pour la 2ème plongée, notre palanquée se voit encore amputée d'un membre. En plus de Julien, une des plongeuses abandonne suite à son problème de tympan lors de la plongée précédente. Décidément... Je poursuis donc seule avec son conjoint et Manu. Au programme : Black Forest et ses dizaines de tortues. Nous allons avoir droit à un véritable ballet aquatique!!! Je suis aux anges!

Tortues à Black Forest
Tortues à Black Forest
Tortues à Black Forest

Tortues à Black Forest

Après 1h passée sous l'eau avec mes copines les tortues, nous remontons pour la pause repas. Cédric nous a préparé de bons petits paniers repas, ça change des sandwichs au roquefort de la dernière fois! 

Nous repartons ensuite, tous les 3, pour la 3ème et dernière plongée du jour. Ce sera Diver Heaven. Nous sommes comme immergés dans un gigantesque aquarium. C'est très beau.

Avec la fatigue, je commence à avoir froid, rendant, par conséquent, la plongée un peu moins agréable.

Lili aux Philippines
Aquarium à Diver Heaven

Aquarium à Diver Heaven

Poisson Pierre

Poisson Pierre

Poisson Lion

Poisson Lion

Avant de venir aux Philippines, Julien avait 2 plongées d'avance sur moi. Aujourd'hui, la vapeur s'est inversée puisque c'est désormais moi qui ai 2 plongées d'avance ;-) Je me serais bien passée de cette petite "vengeance" mais à mon tour de le charrier maintenant.

A 16h, nous sommes de retour à Equation. Carol tombe de haut quand nous lui apprenons que Julien n'a pas pu plonger. Elle n'était manifestement pas au courant de l'affaire. Je crois qu'il va y avoir de l'ambiance ce soir au club...

Vues les circonstances de la journée, nous ne nous éternisons pas au club et les laissons régler les problèmes de logistique entre eux.

Après une bonne douche chaude, rien de tel qu'un petit cocktail au bord de la piscine du Linaw pour se remettre de nos émotions ;-)

Alcooliques? Qui a osé le dire? Je vous ai entendus....

Cocktail sur la plage

Cocktail sur la plage

Ce soir encore, nous avons droit à un coucher de soleil exceptionnel. C'est vraiment ici que j'aurais assisté aux plus beaux couchers de soleil de ma vie.

Le soleil se couche sur les cabanes de pêcheurs à Danao

Le soleil se couche sur les cabanes de pêcheurs à Danao

Jeudi 10 Mars 2016

Aujourd'hui est une journée farniente. Au programme : massage, piscine, lecture, mots croisés... 

Manifestement ma masseuse n'a toujours pas accouché puisqu'elle est présente ce matin encore. En discutant un peu avec elle, elle m'apprend qu'elle aurait déjà dû accoucher mais que le bébé se fait désirer. Eh bien! Respect!

A midi, nous décidons de nous rendre sur Alona pour aller manger. Une fois n'est pas coutume, nous faisons des infidélités au Linaw. Nous y allons en tricycle, sorte de taxi local (150persos la course). Il s'agit en fait d'une moto avec un sidecar recouverts d'un toit. Ils peuvent accueillir de 4 à 9 passagers, voire même plus dans certains cas et sont presque aussi colorés que les jeepneys. Bon, qu'on se le dise, on n'a pas vraiment le gabarit philippin, alors en ce qui nous concerne, ce fut déjà assez compliqué de rentrer tous les 2 dans le sidecar... Je n'aurais pas fait des kilomètres ainsi...

Les Philippins étant très catholiques (les Philippines sont le 3ème plus grand pays catholique du monde après le Brésil et le Mexique), on trouve sur chaque tricycle, chaque jeepney, chaque bus, un psaume de la Bible ou des représentations de Marie et de Jésus.

Tricycle philippin

Tricycle philippin

Nous sommes agréablement surpris par Alona Beach. Certes, il y a beaucoup de monde et les hôtels sont quasi les pieds dans l'eau mais la plage a su encore garder un peu de charme. C'est moins pire que l'idée qu'on s'en faisait.

Nous nous attablons au Trudy's Place pour un bon petit repas philippin. C'est bon, copieux et pas cher le tout avec vue sur mer. Parfait!

Alona Beach
Alona Beach

Alona Beach

Nous revenons ensuite passer l'après-midi tranquillement installés au bord de la piscine. C'est vraiment dur les vacances!

Juste avant le coucher de soleil, nous passons chez Equation, voir Carol, pour régler nos dettes. Nous discutons un moment ensemble. Nous lui faisons part de notre ressenti, elle semble apprécier notre sincérité. Elle et Jérôme ont bâti un magnifique centre, chaleureux et convivial. Nous espérons que nos mésaventures et l'ingérence de Manu ne se reproduiront plus à l'avenir. Nous leur souhaitons tout le meilleur et les remercions pour leur gentillesse.

Il est désormais l'heure de notre petit cocktail de fin de journée ;-) On prend vite de mauvaises bonnes habitudes en vacances!

Lili aux Philippines

Vendredi 11 Mars 2016

Nous venons de passer notre dernière nuit au Linaw. Ce matin, j'ai un peu le moral dans les tongs de devoir partir. J'ai vraiment adoré mon séjour dans cet hôtel, c'est un petit cocon loin de tout, où l'on se laisse doucement bercer par le temps qui passe.

Nos valises sont prêtes de la veille. Nous faisons nos adieux à Rhéa et Eva ainsi qu'à Cédric et Marine, eux aussi présents au club.

A 10h, je retrouve ma masseuse attitrée pour un "foot scrub" (400pesos). Je vais avoir des pieds de bébés pour rentrer ;-) Julien, lui, ne déroge pas à son traditionnel massage.

Nous sommes attendus à 12h30 par notre chauffeur pour nous conduire au port de Tagbilaran. Nous avons donc le temps de nous offrir un dernier bain dans la piscine ainsi qu'un dernier Kinilaw en terrasse au Linaw.

Plus l'heure avance et plus j'ai la gorge serrée de devoir partir. Je n'aime définitivement pas les au revoirs!!!

A 13h30, nous sommes enregistrés sur le ferry de 14h pour Cébu. Nous nous acquittons des 20pesos de taxes aux autorités portuaires sans oublier la surtaxe pour les valises. D'ailleurs celle-ci a connu une inflation entre Cébu et Bohol puisque nous sommes passés de 100pesos par valise à l'aller à 150pesos au retour...

Encore une fois la traversée se déroule sans encombre et à l'heure. A l'arrivée au port de Cébu, c'est un peu l'agression. Il y a beaucoup de monde, de bruit, de circulation. Nous sommes, pour la 1ère fois depuis 10j, confrontés à la civilisation "moderne". Nous cherchons un taxi pour nous conduire à notre hôtel, le Marco Polo Plaza (http://www.marcopoloplazacebu.com/). Il nous demande 500pesos pour la course!!! Je crois qu'il nous prend pour des américains! Nous négocions et obtenons le prix beaucoup plus raisonnable de 250pesos. Cébu City est terriblement embouteillée, nous mettrons presque une heure et demi pour rejoindre l'hôtel.

Je réalise en arrivant devant le parvis de l'hôtel qu'en fait j'ai réservé dans un palace. Je n'avais pas fait attention en réservant sur internet qu'il s'agissait d'un hôtel d'un tel standing!

Hall du Marco Polo Plaza

Hall du Marco Polo Plaza

Pour ne rien gâcher, la réceptionniste nous surclasse dans une chambre avec vue sur la ville et la mer. Sympa!

Vue sur Cébu City depuis notre chambre au Marco Polo Plaza

Vue sur Cébu City depuis notre chambre au Marco Polo Plaza

La journée touche à sa fin. Après un bref passage à la piscine, nous nous laissons tenter par le dîner buffet (1750pesos par personne) proposé par un des restaurants de l'hôtel, le Cafe Marco. Ce n'est pas donné mais je n'ai jamais vu un tel choix de mets dans un buffet. C'est colossal!

Repus, nous rejoignons notre chambre pour une bonne nuit de sommeil. Demain, le réveil sonne à 4h car notre vol pour Hong Kong décolle à 6h15.

 

Samedi 12 Mars 2016

Ca ne devrait pas exister les réveils aussi matinaux en vacances! 

A 4h45, comme prévu, nous sommes dans le taxi qui nous conduit à l'aéroport. Une fois la course réglée, je me rends compte que je n'ai pas assez de liquidités pour payer la taxe de sortie du territoire de 750pesos par personne. Je retire donc les 1500pesos nécessaires et direction le comptoir d'enregistrement de la compagnie Cebu Pacific Air

A 6h15 tapantes, nous décollons de Cébu. Nous regardons à travers le hublot le soleil se lever doucement sur les Visayas. Au revoir les Philippines!

Au revoir les Philippines

Au revoir les Philippines

Informations Utiles:

- Passeport valable 6 mois après la date de retour et billet de retour en poche

- Visa nécessaire pour un séjour de plus de 30 jours

- Traitement contre le palu nécessaire dans certaines zones des Philippines (Luzon par exemple)

- Décalage horaire avec la France de +6h en été et +7h en hiver

- La meilleure saison pour se rendre aux Philippines est comprise entre décembre et février

- Prévoir 750pesos par personne de taxe de sortie du territoire

- La monnaie est le Peso Philippin (PHP) : 1€ = 50pesos (mars 2016)

- Le pourboire n'est pas obligatoire mais apprécié

- L'eau du robinet est généralement potable

- L'électricité est en 220V et les prises généralement similaires aux nôtres. Prenez néanmoins un adaptateur au cas où...

Pesos Philippins

Pesos Philippins

Drapeau des Philippines

Drapeau des Philippines

Recette Poulet Adobo :

Ingrédients (pour 6 personnes) :

- 6 gousses d'ail écrasées
- 25 cl de vinaigre de canne ou de cidre
- 40 cl de bouillon de volaille
- 1 feuille de laurier
- 1 cuillère à café de grains de coriandre
- 1 cuillère à café de grains de poivre
- 1 cuillère à café de graine d'annatto ou à défaut 1 cuillère à soupe de paprika additionné d'1/2 cuillère à café de curcuma
- 3 cuillères à soupe de sauce soja
- 1,5 kg de morceaux de poulet (cuisses, ailes...)
- 2 cuillères à soupe d'huile neutre

Préparation de la recette :
Dans un saladier, mélanger l'annatto (ou le paprika et le curcuma), le vinaigre, le bouillon, la feuille de laurier, les graines de coriandre, les grains de poivre, l'ail et la sauce de soja.
Ajouter les morceaux de poulet et laisser mariner 2 h au frigo.
Transférer le mélange dans une grande sauteuse et porter à ébullition. 
Réduire le feu, couvrir et laisser mijoter 30 min.
Ôter le couvercle et poursuivre la cuisson 10 min, jusqu'à ce que le poulet soit tendre; ôter le poulet de la sauteuse et réserver.
Porter le liquide à ébullition et laisser cuire 10 min à feu vif jusqu'à réduction de moitié.
Faire chauffer l'huile dans un wok, ou une poêle, ajouter le poulet et laisser cuire 5 min à feu moyen.
Verser le liquide réduit sur le poulet, et servir avec du riz.

 

Recette Kinilaw :

Ingrédients (pour 6 personnes) :

- 1Kg de filet de lieu noir

- 1 boîte de 330g de lait de coco

- 25cl de vinaigre blanc d'alcool

- 2 oignons

- 1 petit piment thaï

- 2 tomates

- 2 citrons verts ou calamansi si vous en trouvez

- 50g de gingembre

Préparation de la recette:

Couper les filets de lieu noir en petits dés, les laver avec le vinaigre blanc puis les laisser reposer 20mn.

Emincer le gingembre, le piment et les oignons. Réserver le tout.

Couper les tomates en petits dés après les avoir épépinées.

Verser le lait de coco sur le mélange poisson-vinaigre blanc et saler selon le goût.

Verser le mélange gingembre, piment, oignons sur le poisson. Ajouter les tomates.

Vérifier l'assaisonnement avant de servir bien frais.

Publié dans Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

guinebault 20/07/2016 20:45

AAAAAAAhhhhhhh , Manu !!!!!

Désolée de décevoir mais NON vous n'avez pas l'exclusivité de l'humeur, la mauvaise foi, l'incapacité de gestionnaire des Dive qu'il traite si mal,.... et j'en passe... J'ai vécu tt ça du 13 au 20 mars dernier, mais Carol semblait découvrir qu'il "pouvait" y avoir un quelconque pb avec cet "homme d'exception", dixit ... ???? Je plains Flo, Marine, Anne (cette dernière ayant, en plus, craqué pour lui). J'espère que Carol a lu ce blog

M.

lili en escales 21/07/2016 08:06

Merci de ce témoignage. Je me sens moins seule. Je pensais que nous avions eu droit à un traitement spécial de sa part et que nous étions un peu parano mais NON!!! Je ne sais pas si Carol a lu cet article mais elle n'en a pas besoin puisque nous lui avons fait part de notre ressenti et de notre retour d'expérience. Ce qui me surprend le plus c'est que nous y étions juste avant vous (du 1er au 12 mars) et manifestement notre mauvaise expérience n'a pas servi aux plongeurs suivants....

Elise 26/04/2016 15:59

Superbes photos qui agrémentent ce beau récit de voyage, ca nous rappelle bien des choses

lili en escales 23/07/2016 08:23

C'est bien dommage....
Si vous voulez en parler en privé vous pouvez me contacter via le blog.

G. 22/07/2016 20:33

N'a surtout pas servi à Carol puisqu'elle est tombée des nues ... parait-il... et je n'ai pas dit ici le + grave concernant les formations dont il a la charge pour avoir plongé 2 fois avec ses "diplômés" (!!!!), j'aimerais autant éviter le procès.;))). Mais là aussi Carol a été informée... et JE suis passée pour ...pour je ne sais pas quoi au fait, mais ce n'était pas flatteur

lili en escales 27/04/2016 08:34

Merci ;-)